Le pouvoir du nom dans les Hymnes de Callimaque

Soutenance de Thèse de Pierre BELENFANT à l’ENS de Lyon, le jeudi 30 septembre 2021, devant un jury composé de Benjamin Acosta-Hughes (Ohio State University), Isabelle Boehm (Université Lumière Lyon 2), Christophe Cusset (ENS de Lyon – Directeur de thèse), Estelle Oudot (Université de Bourgogne-Franche Comté) et Arnaud Zucker (Université de Nice Sophia Antipolis).

Le terme παιδιά apparaît au début de l’Euthydème pour désigner les arguties de deux sophistes, jeux de mots qui ne révèlent rien des choses ; παιδιά est aussi le terme utilisé par Platon pour qualifier le discours écrit, incapable de faire connaître ce dont il parle : il constitue dans son ensemble un simple « jeu de mots ». Nous souhaitons dans ce travail montrer l’influence que cette conception de la littérature eut chez Callimaque, et éclaircir le rôle que la παιδιά joue dans l’esthétique de cet auteur. Le corpus se limite au recueil des Hymnes.

L’étude de plusieurs passages du recueil nous donnera d’abord l’occasion de souligner l’importance que revêtent chez Callimaque les questions de lexique. On expliquera en particulier les liens entre χάρις (grâce de l’expression) et mot d’esprit (ἀστεισμός). Nous finirons en montrant que le mot constitue pour Callimaque un moyen d’assurer l’unité de poèmes caractérisés par l’hétérogénéité de leurs éléments.

La deuxième partie de la thèse sera consacrée à la fonction politique de l’étymologie dans les Hymnes : la « resémantisation » des mots et des formules manifeste l’emprise d’une idéologie nouvelle sur les textes du passé. Le jeu de mot est aussi un moyen d’éviter le sérieux du discours de propagande, et de faire coïncider les deux sens du mot χάρις : reconnaissance vis-à-vis du souverain et agrément de l’expression.

La dernière partie montrera que la lecture des Hymnes permet de préciser les termes de la polémique qui opposa Callimaque au poète Posidippe de Pella : le recueil cherche à susciter une réflexion sur la réception de la poésie, et souligne en particulier le fossé qui sépare celle-ci des arts figuratifs. Alors que les épigrammes de Posidippe développent une analogie entre poésie et sculpture, toutes deux sommées de « mettre la chose sous les yeux », l’auteur des Hymnes met en évidence la capacité des mots à occulter la chose représentée, et les ressources que ce pouvoir offre au poète.

Approches pluridisciplinaires de la poésie hellénistique et de l’image antique

Annonce de soutenance

Evelyne Prioux soutiendra à l’ENS de Lyon son dossier d’Habilitation à Diriger des recherches sur le thème « Approches pluridisciplinaires de la poésie hellénistique et de l’image antique », le samedi 10 avril 2021 à 14h00 (par Visio-conférence), devant un jury composé de :

M. le Pr. Christophe Cusset, garant (ENS Lyon)

M. le Pr. Benjamin Acosta-Hughes (Ohio State University)

Mme le Pr. Bénédicte Delignon (ENS Lyon)

Mme le Pr. Kathryn J. Gutzwiller (University of Cincinnati)

M. le Pr. Eugenio Polito (Université de Cassino)

M. le Pr. Renaud Robert (Université Bordeaux 3).

Le mémoire inédit que je présente à l’appui de ma candidature porte sur les métaphores qui comparent les arts du langage aux arts visuels dans la littérature grecque et latine, des origines à Byzance. Si l’on limite ramène souvent cette question à l’analyse d’un corpus de textes réduits (par exemple l’aphorisme attribué à Simonide — « la poésie est une peinture parlante » — ou la question de « ut pictura poesis » chez Horace), j’ai voulu montrer que le corpus de textes disponibles était extrêmement vaste et varié et qu’il était possible de suivre les évolutions de ces métaphores et leur glissement d’un art à l’autre. Mon mémoire aborde donc successivement la sculpture, la toreutique, la joaillerie, la peinture et la mosaïque. Ce travail a vu le jour dans le cadre de la préparation du Dictionnaire du poétique dont je prépare actuellement l’édition avec J.-P. Guez, F. Klein, J. Peigney (180 auteurs de 16 nationalités différentes). Si je me suis chargée de la rédaction de l’ensemble des notices portant sur les métaphores tirées des arts figurés, ce dictionnaire, actuellement en cours d’achèvement, offre, dans son ensemble, une somme inédite qui étudie les principales métaphores métapoétiques identifiées à ce jour dans la littérature antique.

L’humilité dans la poésie hellénistique

Nous avons le plaisir de vous annoncer la soutenance de la thèse de Claire-Emmanuelle Nardone sur le sujet : « L’humilité dans la poésie hellénistique ». Elle se déroulera le mercredi 4 mars à 14h30 à l’ENS de Lyon (salle D2 – 002) devant un jury composé de : 

Michel Briand (rapporteur; université de Poitiers), Johann Goeken (rapporteur; université de Strasbourg), Catherine Broc-Schmezer (Présidente; Université Jean Moulin-Lyon 3), Laura Lulli (Università degli Studi dell’Aquila), Massimo Giuseppetti (Università degli Studi Roma Tre), Adele Teresa Cozzoli (co-tutrice; Università degli Studi Roma Tre) et Christophe Cusset (directeur; ENS de Lyon)

Résumé :

Selon Callimaque, l’artiste a pour tâche d’emprunter des sentiers non encore battus par ses prédécesseurs. Explorer de nouveaux chemins de création va de pair avec le fait de chanter une nouvelle catégorie de figures, sociale et poétique : celle des humbles.

L’humilité, c’est-à-dire le caractère de ce qui présente un manque considéré comme un défaut, est à distinguer de la pauvreté, qui n’est liée qu’à la possession des biens. Elle est un élément de caractérisation des figures poétiques et revêt des formes multiples, particulièrement liées aux âges de la vie, à l’apparence et au statut social des personnages, et devient un champ d’expérimentations poétiques pour tous les poètes hellénistiques. Bien qu’aucun terme ne désigne en grec ancien, à l’époque hellénistique, l’humilité et qu’on ne peut, de ce fait, affirmer l’existence d’un concept d’humilité en tant que tel à cette période, les figures caractérisées par l’humilité apparaissent structurées en réseau, par des biais sémantiques, lexicaux et stylistiques. Ce phénomène est particulièrement observable dans les Idylles et les épigrammes de Théocrite, ainsi que dans l’Hécalé et les épigrammes de Callimaque, les Mimiambes d’Hérondas et les épigrammes de Léonidas de Tarente. Ces œuvres, où des figures caractérisées par leur humilité occupent des rôles de premier plan contrairement à ce qui était le cas dans la poésie antérieure, constituent le corpus choisi pour notre étude de manière à permettre l’analyse du traitement de la thématique au sein de genres poétiques divers.

Ce sont les modalités et les enjeux du traitement dont fait l’objet l’humilité dans la poésie hellénistique qui sont ici analysées. Il s’agit de déterminer les critères qui permettent de distinguer des sèmes d’humilité afin de reconstruire ce « concept » omniprésent bien que non nommé, puis, à partir des réseaux de significations liées à l’humilité qui parcourent la poésie hellénistique, de montrer les enjeux métapoétiques que le traitement de ce thème soulève.

Le locus de la mer chez les poètes augustéens : miroir et creuset des mutations poétiques, politiques et morales du début du Principat

Mme Oriane DEMERLIAC, du laboratoire HiSoMA, sous la direction de Mme Bénédicte DELIGNON et de M. Pascal ARNAUD.

mer 04 déc 2019, ENS de Lyon, D2-034, 14h00.

Pour montrer la richesse des représentations poétiques de la mer, l’époque augustéenne constitue un moment clef. Avec Actium, la mer occupe une place nouvelle à Rome et devient un enjeu majeur, lieu de victoires et de pouvoir dans le discours d’Auguste et dans l’imaginaire romain, à un moment de refondation aussi bien politique que morale après les guerres civiles. C’est la manière dont cet objet s’est constitué en tant que catalyseur de toutes les grandes mutations de l’époque augustéenne que la mer retiendra notre attention. D’un point de vue axiologique, la mer reçoit un traitement négatif inédit où la condamnation de la navigation, reliée aux guerres et à la luxuria, s’inspire chez les poètes d’une synthèse entre les influences de la philosophie grecque et de la morale traditionnelle : elle devient le lieu d’expression des passions humaines, de la cupidité à la colère du Prince. Mais les poètes ont aussi été sensibles à l’héritage grec du motif épique de la mer : Virgile, dans l’Enéide, élabore à partir de ce modèle un héroïsme nouveau où prime la pietas, dans des errances où les épreuves maritimes sont désamorcées. Ovide, dans ses Métamorphoses, relit Virgile pour déconstruire la mer de la fabrique des héros. Pourtant, c’est l’élégie qui, en transférant toute ses ambiguïtés à la mer, en fait le mieux le miroir troublant des changements politiques et des mutations morales que connaît Rome au début du Principat : la réélaboration élégiaque du motif épique de la mer est l’occasion du questionnement et de la réaffirmation des valeurs du mos maiorum, d’expérimentations génériques et surtout de la construction d’un nouvel héroïsme en mer, celui d’Auguste à Actium.

Lumière et obscurité dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes

Soutenance de thèse présentée par Nadège Wolff au sein de l’UMR 5189 HiSoMA, à l’ENS de Lyon, le mardi 11 décembre à 14h.

Composition du jury : Isabelle Boehm (Lyon 2, Présidente du jury), Michel Briand (Poitiers, Rapporteur), Christophe Cusset (ENS Lyon, directeur de thèse), Nadine Le Meur-Weismann (Paris Ouest Nanterre, Rapporteur), Richard Hunter (Cambridge).

La première partie consistera en une étude lexicale et sémantique approfondie des termes liés à la lumière et à l’obscurité, dans une comparaison systématique avec les emplois homériques et plus ponctuellement tragiques. On verra d’abord le groupe de φάος, φαίνω/φαίνομαι et les termes lexicalement apparentés. Ces premières observations seront complétées par l’étude des diverses sortes de lumière et des différents effets lumineux, groupés par champs lexicaux, comme λάμπω (et λαμπρός), λιπαρός, ?γλαός, α?γλη, α?γή, ?κτίς, φέγγος, σέλας, ?ργός, ?μαρ, μαρμαίρω et ?μαρύσσω . Cette partie très vaste et assez discontinue nous permettra de montrer les multiples effets de lumière qui coexistent dans les Argonautiques. Nous nous concentrerons ensuite sur les différents termes liés à l’obscurité. Cette démarche plurielle est rendue obligatoire par l’absence de terme générique aussi marqué que φάος. Il s’agira donc d’étudier successivement νύξ et μέλας (ainsi que leurs composés et dérivés), κνέφας, σκιάω/σκιόεις, ζόφος et ?ρεβος, ?χλύς et ?χλυόεις, κελαινός et ?ρεμνός. Nous consacrerons une quatrième partie au champ lexical de la couleur, en partant de nuances chromatiques claires naturellement proches de la lumière, puis nous étudierons les rouges, très présents chez Apollonios, pour évoquer les autres teintes plus secondaires.Deux dernières sous-parties feront un état des lieux plus rapide des métaux et sources naturelles de lumière, ainsi que des effets de lumière produits par la présence du feu et de sa famille lexicale. 

    La deuxième partie explorera le rôle du couple lumière / obscurité dans la construction (et déconstruction) de l’espace-temps dans les Argonautiques, épopée qui peut se lire avant tout comme un récit de voyage. Nous verrons que la succession naturelle du jour et de la nuit structure l’épopée et dessine un journal de bord, mais que cette structuration est discontinue selon les différents chants, et que la coloration émotionnelle liée au jour et à la nuit peut s’avérer sensiblement différente d’un épisode à un autre. En nous intéressant en parallèle au rôle des dieux, pourvoyeurs de signes lumineux dans un espace marin souvent hostile, nous verrons qu’il jouent un rôle ambigu dans cette épopée alexandrine, en se révélant à la fois présents et absents, intéressés et indifférents, souvent invisibles aux yeux de ceux à qui ils portent secours. Dans une deuxième sous-partie, nous verrons que le périple des Argonautes est assimilable à une catabase : les héros croisent les portes des Enfers, affrontent des divinités infernales et archaïques, viennent à bout de créatures chthoniennes et affrontent le désert et la mer, qui sont deux images des Enfers. La troisième sous-partie montrera que les Argonautes viennent à bout de ces catabases successives, menaces d’obscurité permanente grâce aux lumières de la civilisation dont ils sont l’incarnation. Sur les comptoirs de la Mer noire, les Argonautes se comportent en colons grecs et rejouent l’histoire grecque. La lutte entre la lumière et l’obscurité met donc en place une scénographie de la lutte de la civilisation contre la barbarie, angoisse réelle d’une société alexandrine placée dans un contexte de double culture. 

    La troisième partie sera centrée autour de l’héroïsme. Nous verrons d’abord que l’héroïsme collectif que tente de promouvoir cette épopée alexandrine se solde par des échecs et une lutte toujours recommencée entre le neikos et l’homonoia. Jason est le véritable héros des Argonautiques, même s’il n’a pas toujours la carrure d’un héros iliadique. Le poète l’indique assez en l’entourant de phénomènes constants de lumière, qui dans leurs valeurs successives transforment l’Aisonide en laboratoire d’exploration du héros homérique : en fonction des différents effets de lumière, Jason se fait successivement Pâris (pour la séduction brillante), Ulysse (avec son manteau étincelant, sa diplomatie et sa ruse, ainsi que son corps magnifié par l’action divine), et même Achille, auquel il ressemble à s’y méprendre lors de l’accomplissement des épreuves d’Aiétès, sous un déluge de comparaisons lumineuses.Cependant, Jason, créature exploratoire d’Apollonios, ne sert qu’à montrer les limites des héros homériques et du code héroïque traditionnel en général, qui tend à créer des individualités tellement puissantes qu’elles nuisent à la réussite du groupe. Jason, héros démocratique, est aussi un héros alexandrin qui a compris les vertus de la diplomatie et les limites de la force physique. Il transcende les héros homériques en substituant une stratégie de l’amour à celle de la guerre. Dans une seconde sous-partie, nous verrons ainsi que le poète construit un héroïsme érotique, où la lumière martiale devient secondaire et inefficace. Les scènes d’armement traditionnelles sont ainsi évacuées de l’épopée en étant présentées comme inutiles. Jason s’arme d’un manteau lumineux et flatteur : L’univers martial bascule alors dans l’univers érotique, et les métamorphoses de la lumière homérique n’ont de cesse de le montrer. Ce remplacement de l’héroïsme martial par un héroïsme érotique, moins dangereux et plus pragmatique, avec une lumière qui protège au lieu de consumer intérieurement, a pour corrolaire une inversion ponctuelle des rôles traditionnels du masculin et du féminin. Le héros, en recourant à des artifices féminins et à la magie, se dégrade par rapport à son rôle habituel ; Médée, au contraire, peut accéder à une nouvelle forme d’héroïsme au féminin. Une troisième sous-partie explore cet aspect en interrogeant le rapport entre nuit et féminité, sachant que l’obscurité place les femmes au centre de l’action dans le cadre d’un espace plus marginal.  L’héroïsme, par ce mouvement général de relecture alexandrine par l’inversion, finit par questionner la nature de l’oeuvre d’Apollonios elle-même.

    Une quatrième partie s’intéressera aux questions génériques et métapoétiques qui travaillent les Argonautiques. La nature de l’oeuvre, problématique, peut être en partie élucidée en suivant les réseaux de lumière qui s’y forment : la clôture des différents épisodes sur eux-mêmes, permise par un travail constant d’encadrement par la lumière et l’obscurité, fait pencher les Argonautiques vers la forme du recueil de petits genres (idylles, selon le sens étymologique du terme), un peu à l’instar du projet de Théocrite, en proposant une tragédie (le chant III), des epyllia, des pièces partiellement bucoliques, des mini récits de fondation (ktisis), un hymne fragmenté à Apollon à la manière de Callimaque etc. La dimension picturale de nombreux épisodes peut même faire penser au projet de Philostrate quelques siècles plus tard avec sa galerie de tableaux, autre forme du recueil. Loin de se perdre dans une mer  épique et bourbeuse, les Argonautiques tracent leur sillon dans la production littéraire alexandrine, dont ils ne s’éloignent pas tellement. Notre thèse est qu’Apollonios, en écrivant une épopée, genre démodé à l’époque alexandrine, en profite pour livrer un geste on ne peut plus alexandrin : non content d’en renouveler le lexique, d’en brouiller la construction spatio-temporelle et d’y substituer un nouvel héroïsme, moins violent et plus inclusif, le poète résout la tension de la longueur du texte en le segmentant pour le transformer en recueil de pièces délicates et potentiellement autonomes, voire autotéliques, où Apollonios signe sa présence à travers le dieu de la lumière et de la poésie dont le nom est si proche du sien, Apollon.   

Théocrite, lecteur de Platon

Monsieur ARNAUD TESTUT-PROUHA

Résumé de la thèse en français :
Théocrite, poète hellénistique du 3e siècle avant notre ère, a lu Platon et cela a été montré auparavant. Notre travail cherche à confirmer cette lecture en montrant que non seulement il s’est inspiré des Dialogues comme œuvres littéraires mais aussi qu’il a pris en compte certains enjeux philosophiques. Nous avons donc tâché de repérer les motifs et les éléments littéraires qu’il a réécrits en montrant quels pouvaient en être les enjeux chez lui.

Résumé de la thèse en anglais :
Theocritus, a Hellenistic poet of the third century BC, has read Plato and this has been shown before. Our work seeks to confirm this reading by showing that not only did he draw inspiration from the Dialogues as literary works but also that he took into account certain philosophical stakes. We therefore tried to identify the motifs and the literary elements that he rewritten by showing what might be the stakes at home.

Soutenance le samedi 25 novembre 2017

Jury : A. Balansard (Aix-Marseille) ; C. Cusset (ENS Lyon) ; H. Frangoulis (Toulouse J. Jaurès) ; M.-P. Noël (Montpellier P. Valéry) ; J.-F. Fradeau (Lyon 3 J. Moulin)

Poésie et pédagogie dans l’œuvre d’Aratos de Soles

On annonce la soutenance de la thèse de Laetitia Lorgeoux-Bouayad sur le sujet suivant :

« Poésie et pédagogie dans l’œuvre d’Aratos de Soles »

le 21 juin 2014 à l’Université Paris IV-Sorbonne

sous la direction de M. Alain Billault, devant un jury composé de D. Arnoud, A. Billault, C. Cusset, V. Fromentin.

Résumé :

Au-delà d’être un poème didactique, les Phénomènes  d’Aratos sont un poème pédagogique qui unit étroitement le fond et la forme. On y trouve une conscience méthodique de la construction d’un savoir ; l’analyse du vocabulaire, pourtant issu de la poésie homérique, révèle une réflexion sur la transmission scientifique déjà définie comme un processus dynamique, à une époque où les écoles et leurs méthodes sont encore jeunes : percevoir, délimiter, nommer, et enfin assurer la conservation  d’un objet de science. Cette idée de transmission prouve la préoccupation pédagogique d’Aratos, qu’il met en scène dans le poème à travers des figures de maîtres et d’élèves. Il s’y lit, notamment dans le mythe de l’Âge d’or, une foi en la collaboration entre tous les êtres vivants, fondée sur un respect qui tranche avec la dureté des poèmes didactiques archaïques. La pédagogie devient dans les Phénomènes un enjeu poétique : Aratos définit le poète comme un des membres de cette collaboration universelle, derrière laquelle il doit s’effacer, dans une éthique et une esthétique de l’anonymat qui remettent en question le kléos archaïque. La tradition poétique peut désormais être bousculée au nom de la transmission scientifique, et cette nouvelle conception n’est pas sans rappeler les récentes critiques opérées par Platon. Tout se passe comme si Aratos avait voulu relever le défi que Platon a lancé aux poètes de son temps : chanter le Dieu et sa création selon le Vrai ou le Vraisemblable, et devenir par son chant l’éducateur de la cité idéale. C’est probablement la réussite de cette gageure qui a assuré la gloire des Phénomènes dans les siècles où la philosophie de Platon a été suivie et admirée.