La création lexicale dans le domaine verbal chez Apollonios de Rhodes

Soutenance de thèse présentée par Emmanuelle Morel

24 novembre 2023 à 14h00 – MILC Salle 308, 35 rue Raulin, Lyon 7e

Jury composé de : 

Isabelle Boehm, Université Lumière Lyon 2
Christophe Cusset, ENS de Lyon
Richard Faure, Université de Tours
Carlotta Viti, Université de Loraine
Francesco Dede, Université Degli Studi di Milano
Martine Cuypers, University of Dublin

Résumé : 

Les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes contiennent 156 verbes qui ne sont pas attestés avant l’époque hellénistique. Ces verbes forment un corpus très hétérogène : certains présentent une morphologie caractéristique de la langue épique archaïque alors que d’autres, plus rares, s’en écartent ; certains sont à nouveau employés par la suite, y compris en prose, mais 68 d’entre eux ne sont pas attestés hors des Argonautiques ; certains peuvent, par leur leur sens ou leur syntaxe, être rapprochés de séries de verbes bien attestées par ailleurs, dans la langue épique ou en dehors, alors que d’autres semblent isolés. Ce travail se propose donc d’étudier de manière systématique les verbes qui apparaissent pour la première fois chez Apollonios, en veillant à souligner les écarts ou au contraire les points communs entre les verbes de notre corpus et ceux qui sont attestés dans la langue de l’épopée archaïque, pour tenter de comprendre la manière dont ces verbes s’intègrent dans la langue épique. Ces verbes sont étudiés selon un plan morphologique, qui distingue les verbes formés par dérivation et les verbes formés par préverbation, qui représentent l’essentiel de notre corpus avec 126 verbes concernés. 

Mots-clefs : Apollonios de Rhodes, hapax, proton legomenon, création lexicale, dérivation, préverbation, double préverbation, épopée, langue poétique 

Résumé en anglais : 

Apollonius Rhodius’ Argonautica contain 156 verbs not attested before the Hellenistic period, among which 68 can only be found in Apollonius’ poem. These verbs are very diverse: some of them display morphological attributes characteristic of the archaic epic, while others deviate from it; some can be found in later texts, either in prose or in poetry, but 68 are only attested in the Argonautica; some are close to sets of verbs well attested elsewhere, while others seem isolated. The aim of this work is to systematically study the verbs that appear for the first time in Apollonius, focusing on highlighing the differences and the similarities between these verbs and those attested in the ancient epic, in an attempt to understand how these verbs fit into the epic language. The first section focuses on verbs by derivation ; the second section focuses on verbs formed by preverbation, which make up the bulk of our corpus with 126 verbs. 

Mots-clefs en anglais : Apollonius Rhodius, hapax, proton legomenon, lexical creation, derivation, preverbation, multiple preverbation, epic, poetic language 

Les Syracusaines de Théocrite, Édition, traduction et commentaire de l’Idylle XV

 

Thèse présentée par Myrtille Rémond

Le travail de recherche que je présente est centré autour du texte des Syracusaines de Théocrite. Il en propose le texte grec et une traduction personnelle, suivis d’un commentaire.

Ce court poème est datable des années 270 avant notre ère. On peut le diviser en trois parties. D’abord, la scène se passe chez Praxinoa, à Alexandrie d’Égypte : son amie, Gorgô, d’origine syracusaine comme elle, a le projet de l’emmener au palais de Ptolémée II pour assister à la célébration des Adonies organisée par Arsinoé II. Après de longs préparatifs entrecoupés de diverses récriminations envers leurs maris absents et l’esclave de Praxinoa, les femmes finissent par partir, accompagnées chacune d’une esclave. La seconde partie met en scène le trajet entre la maison de Praxinoa et le palais : ce trajet, que l’on a pu rapprocher d’une katabase, est marqué par l’angoisse des protagonistes et diverses rencontres. La troisième scène a pour décor l’intérieur du palais royal. La description du spectacle des Adonies et la « célébration » des souverains, directe et indirecte, sont assumées par la parole enthousiaste des Syracusaines et la « citation » fictive d’un poème entonné au palais, composé et interprété par une poétesse reconnue. C’est un poème de circonstance, à la fois texte hymnique (célébration d’Aphrodite et d’Adonis), encomiastique et ekphrastique. Cette scène se clôt à la fin du chant rapporté : Gorgô doit rentrer chez elle, son mari n’a pas déjeuné.

Si les Syracusaines de Théocrite ont suscité un certain intérêt depuis quelques années avec les publications notamment de Theocritus at Court de F. Griffiths (1979) ou de l’étude de Joan Burton Theocritus’s Urban Mimes. Mobility, Gender and Patronage (1995), ce texte n’a pas encore bénéficié de toute l’attention qu’il mérite. La monographie de P. Kyriakou, Theocritus and his native Muse. A Syracusan among many, parue en 2018, l’ignore ainsi complètement. En France, malgré un intérêt renouvelé pour Théocrite, aucun travail depuis l’édition de Pierre Monteil en 1968 ne s’est penché sur ce texte hybride et passionnant.

L’introduction proposée évoque le contexte historique et littéraire du poème, la cour d’Arsinoé II et l’alexandrinisme, l’histoire de la transmission du texte ainsi qu’une présentation des diverses structures du texte. Une structure ternaire et annulaire semble retenue par Théocrite, mais le poète se joue des découpages dont les possibles s’avèrent multiples ; à cette composition complexe, se surimposent des effets d’échos et de symétrie et de possibles jeux mathématiques.

Un ensemble d’annexes accompagne le commentaire : la traduction des scholies, une synthèse sur la métrique des Syracusaines et la présentation de deux textes du XXe s. qui présentent des rapports d’intertextualité étroits avec le poème de Théocrite.

Ce texte ouvre des perspectives de recherche variées : sur la question du genre littéraire, d’abord. L’Idylle 15 est un court texte dramatique, hérité du mime, genre d’origine populaire, et en particulier de la pratique de Sophron de Syracuse, auteur florissant autour des années 430, empreint de « réalisme » ; mais il est composé en hexamètres dactyliques, mètre de l’épopée ; il contient plusieurs ekphraseis : le conflit des genres assumé par Théocrite introduit une forme de dissonance.

Les Syracusaines sont aussi une œuvre « féminine ». En effet, les protagonistes et les voix sont de genre féminin. Mais, malgré le « réalisme » de cette poésie, il conviendra de décrypter les enjeux de la « féminité » de cette Idylle que l’on ne peut réduire à une « véracité » historique ou à un intérêt pour la femme de la part du poète.

Enfin, l’Idylle 15 est souvent lue, depuis l’Antiquité, comme un éloge décomplexé du pouvoir lagide. Mais certains éléments d’intertextualité mettent à mal la nature strictement courtisane de ce texte. Il convient donc d’essayer de mieux comprendre la signification politique de l’Idylle et le rapport de Théocrite à la cour lagide.

Le jury est constitué de la manière suivante : 

Benjamin Acosta-Hughes (Examinateur)
Peter Bing (Rapporteur)
Isabelle Boehm (Présidente)
Christophe Cusset (Directeur de thèse)
Evelyne Prioux (Rapporteur)

La thèse sera soutenue le 30 septembre 2023 à l’ENS de Lyon (salle D2 034)

Criteria of Truth: Representations of Truth and Falsehood in Hellenistic Poetry

Kathleen Kidder

  • Éditeur ‏ : ‎ Harvard University Press (30 mai 2023)
  • Broché ‏ : ‎ 262 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 0674292421
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-0674292420

Amidst conflicting information and personal experiences, how can someone distinguish between truth and falsehood? Criteria of Truth: Representations of Truth and Falsehood in Hellenistic Poetry tackles this fundamental question through a study of five Hellenistic poems dated to the third and second centuries BCE: Aratus’s Phaenomena, Nicander’s Theriaca, Callimachus’s Aetia, Apollonius of Rhodes’s Argonautica, and Lycophron’s Alexandra.

Situating these poetic works in their intellectual and literary milieu, Kathleen Kidder applies the philosophic concept of the criterion of truth, arguing that each poetic persona represents a different criterion for interrogating truth and falsehood. Moreover, by analyzing the poems’ allusions, myths, and poetic language, Kidder demonstrates how this poetry can encapsulate the tensions not only between truth and falsehood, but also between order and chaos, certainty and doubt, clarity and obscurity, seen and unseen, and being and seeming.

André Hurst – Quatuor d’Alexandrins. Poètes grecs d’époque hellénistique et leur écho.

Dans le sillage des conquêtes d’Alexandre le Grand, la culture des Grecs se trouve confrontée aux cultures de l’Orient. C’est ainsi qu’au cours de la période dite « hellénistique » (de la mort d’Alexandre en -323 à celle de Cléopâtre en -30) diverses tendances sont observables : appétit de savoir, nécessité de se redéfinir, dialogue plus ou moins timide avec la culture de l’autre. C’est dans ce contexte qu’Alexandrie s’est hissée au rôle de capitale intellectuelle et que ses poètes (ici : Callimaque, Apollonios de Rhodes, Lycophron, Ezéchiel le tragique) ont innové et donné le coup d’envoi d’une influence durable  (observée ici chez Ovide dans le monde païen et chez  Grégoire de Nazianze parmi les chrétiens).

Ce livre regroupe en versions revues des études parues ces trente dernières années. André Hurst, professeur à l’Université de Genève, a publié des livres  sur Apollonios de Rhodes et Lycophron (dont une  édition de l’Alexandra de Lycophron dans la  Collection des Universités de France).

Table des matières

Préambule 


Première partie CALLIMAQUE

Chapitre premier
Contrepoints de Callimaque 


Deuxième partie APOLLONIOS DE RHODES

Chapitre II
L’énigme dans la trame : quelques allusions chez Apollonios de Rhodes

Chapitre III
Préfigurations de Médée

Chapitre IV
Géographes et poètes : le cas d’Apollonios de Rhodes 


Troisième partie LYCOPHRON ET ÉZÉCHIEL

Chapitre V
Hector chez les Bienheureux : matière de Troie et matière de Thèbes dans l’Alexandra de Lycophron 

Chapitre VI
Ézéchiel le tragique et Lycophron : vers un dialogue des cultures ? 


Quatrième partie CONTREPOINT D’ALEXANDRIE

Chapitre VII
La stèle de l’Hélicon 


Cinquième partie ÉCHOS D’ALEXANDRIE 

Chapitre VIII 
Inspiration alexandrine dans les Métamorphoses d’Ovide 

Chapitre IX 
Saint Grégoire de Nazianze à propos de lui-même 


Bibliographie 

Index des auteurs et des œuvres 

Index des personnes 

Index des toponymes 

Index des matières 

International Conference on Myth and Thought among the Hellenistic Poets and the Greek Writers in the Imperial Age.

 HOMAGE TO EZIO PELLIZER. 
IN MEMORIAM  8-9 nov. 2022

Université de Lerida – Sala de Juntes del 2n pis / 2nd Floor 
Programme :

 https://hellenisticlleida.wordpress.com/

202211_PROGRAMME_v5

The Politics of Female Divinity in the Hellenistic Period

3. November

14h-Dr Ciro Parodo (Cagliari) : Cybele and Apollonis: The Mother Goddess and the Queen of Pergamon
14h45- D. Thomas J. Nelson (Oxford) : Apollonis of Cynics and the Pergamene Politics of Divine Motherhood
16h- Gunnar Dumke (Halle) : Goddesses on Hellenistic Royal Coinages
16h45- Pr. Dr. Ivana Petrovic (Virginia) : Nymphs in Hellenistic Poetry and in contemporary cult
17h30- Pr. Dr. Peter Bing (Toronto) : Replicating a Goddess. The Dissemination of Hellenistic Isis Aretalogies

4. November

10h- Dr Monica D’Agostini (Bergamo) : Water and Queens in Asia Minor
10h45- Dr Michele Solitario (Tübingen) : Political Motherhood in Callimachus’ Hymn to Zeus
11h45- Pr. Dr. Giulia Pedrucci (Verona) : Athena and the Aretaphorae: The maternal training for Greek maidens.
14h30- Pr. Dr. Christophe Cusset (Lyon). The Olympian goddesses as substitutes for the traditional Muse in Callimachus and Apollonius of Rhodes ?
15h15- Pr. Dr. Michael Brumbaugh (Tulane): Good Queens and Wicked Goddesses in Kallimachos’praise poetry.
16h15- Pr. Dr. Benjamin Acosta-Hughes (Ohio State): Arsinoe-Aphrodite in Image and Text
17h- Pr. Dr. Regina Höschele (Toronto). “Where has he seen her naked?” Praxiteles’ Knidian Aphrodite and Apelles’ Aphrodite Anadyomene in epigram.

Posidippo di Pella – Epigrammi, frammenti e testimonianze.

Valentina Garulli
Éditeur ‏ : ‎ Rusconi Libri (16 septembre 2022)
ISBN-13 ‏ : ‎ 978-8818038125

La pubblicazione di un nuovo papiro nel 2001 (P. Mil. Vogl. VIII 309) e l’attribuzione dei suoi epigrammi a Posidippo hanno segnato uno spartiacque nella nostra conoscenza dell’autore e della sua opera, opera che si compone ora di un ‘vecchio’ e di un ‘nuovo’ Posidippo. Il corpus del poeta di Pella annovera non solo versi conservati da papiri e tavolette, ma anche versi noti per citazione nelle antologie medievali di epigrammi, l’Antologia Palatina e la Planudea, o in opere-contenitore antiche. Né manca un’iscrizione per la quale si può fare il suo nome in quanto proveniente da un contesto in cui egli ha operato ricevendo pubblici riconoscimenti. Donne, statue, presagi, pietre preziose, corse con i cavalli, e ancora naufraghi, regine, dediche, guarigioni: sono solo alcune delle tessere che compongono il mosaico poetico di Posidippo, un vortice di volti e di storie che ci restituiscono suoni, colori, emozioni della vita quotidiana del III secolo a.C.

Callimaque, Alexandrie et Rome : passé, présent et futur

 23-24 SEPTEMBRE 2022 
Espace Colladon | 2 rue Jean-Daniel-Colladon 

A5_Callimaque_24-250922

ORGANISATEURS 
J. Farrell (University de Pennsylvanie) 
D. Nelis (Université de Genève) 

CONTACT 
Damien.Nelis@unige.ch 

VENDREDI 23 SEPTEMBRE 

Présidence: R. Kirstein, Tübingen

9h G. Hutchinson, Oxford Hellenistic literature and Latin literature: towards totality
9h45 W. Polleichtner, Tübingen Hellenistic prospects for young people in Vergil’s Aeneid 

11h G. Trimble, Oxford Catullus and other Callimacheans
11h45 J. Hill, Edimbourg Catullus and the ruinous race of Envy

Présidence: L. Galasso, Milan

14h M. Giuseppetti, Rome Callimachus as a love poet in the Augustan age 
14h45 N. Krevans, Minnesota Callimachus and the myth of the recusatio 
15h30 F. Klein, Lille Modalités et enjeux de la ‘trahison’ de Callimaque à Rome

SAMEDI 24 SEPTEMBRE 

Présidence: J. Farrell, Philadelphie

9h O. Thévenaz, Lausanne Deus, deus nam me vetat: Horace (Épodes 14.6), la recusatio et les Iambes de Callimaque
9h45 R. Hunter, Cambridge Callimachus and Roman Atticism

11h J. Klooster, Groningen Loving to hate Callimachus: tracing anti-Callimachean poetics in Greek and Roman literature of the imperial age
11h45 C. McNelis, Georgetown Wimmel and Persius

Présidence: D. Nelis, Genève

14h E. Merli, Milan Acque, patroni e pubblico in Marziale: elementi ‘callimachei’ e declinazione flavia
14h45 M. Dewar, Toronto nec fudit vanos anus hospita fletus: Statius and the Hecale

16h A. Pittà, Milan Flavian allusions: Callimachus as a challenging model to Statius and his contemporaries
16h45 C. Scheidegger, Cambridge Kallimachos in Neapel. Wimmel’s Silvae 

17h30 Discussion finale

 

Une poésie en trompe-l’oeil: la poétique de Théocrite dans les Idylles XXIV, XV et VII

Louise Bouly de Lesdain

Thèse en vue de l’obtention du grande de docteur de l’université de Lille, réalisée sous la direction de Mme Fabienne BLAISE et soutenue le 16 octobre 2021 devant un jury composé de : Mmes Fabienne BLAISE, Ruth WEBB, MM. Christophe CUSSET, Marco FANTUZZI, Richard HUNTER.

Résumé : La littérature savante consacrée au Idylles de Théocrite souligne qu’une forme de « réalisme », à la fois singulière et particulièrement complexe, caractérise ces poèmes. Se montrant soucieux de vraisemblance et accordant une attention remarquable aux réalités quotidiennes et banales, ces poèmes suscitent des effets de réel qui, paradoxalement, semblent mis en oeuvre de sorte à ne pas fonctionner, et signalent la distance qu’ils prennent vis-à-vis des traditions poétiques avec lesquelles ils manifestent une filiation. Cette thèse se propose d’éclairer le fonctionnement de ce « réalisme » théocritéen au moyen d’une analyse minutieuse des Idylles XXIV (1-63), XV et VII (hors chants), trois poèmes sélectionnés pour être représentatifs de la diversité du corpus. Ceux-ci font chacun l’objet d’une étude spécifique visant à mettre en évidence la relation étroite qui unit la manière dont le poète retravaille les traditions poétiques qu’il mobilise et le « réalisme » de l’oeuvre. À l’image du trompe-l’oeil, le poème exploite les effets de réel qu’il suscite – ou plutôt, chez Théocrite, feint de susciter – de sorte à rendre sensible l’acte de création qui en est à l’origine. L’analyse des poèmes conduit à montrer qu’il y a, chez Théocrite, une réflexion globale sur l’oeuvre, considérée non seulement en tant qu’elle est le fruit du travail opéré par le poète sur le matériau qu’il hérite, mais aussi en tant qu’elle est adressée. Le poème est en effet essentiellement composé pour être reçu, et c’est en dernier lieu au public que revient le rôle de trancher sur la « vérité » de l’oeuvre élaborée par le poète. 

Mots Clés : Poésie grecque – poésie hellénistique – Théocrite – Idylle XXIV Idylle XV Idylle VII 

Le pouvoir du nom dans les Hymnes de Callimaque

Soutenance de Thèse de Pierre BELENFANT à l’ENS de Lyon, le jeudi 30 septembre 2021, devant un jury composé de Benjamin Acosta-Hughes (Ohio State University), Isabelle Boehm (Université Lumière Lyon 2), Christophe Cusset (ENS de Lyon – Directeur de thèse), Estelle Oudot (Université de Bourgogne-Franche Comté) et Arnaud Zucker (Université de Nice Sophia Antipolis).

Le terme παιδιά apparaît au début de l’Euthydème pour désigner les arguties de deux sophistes, jeux de mots qui ne révèlent rien des choses ; παιδιά est aussi le terme utilisé par Platon pour qualifier le discours écrit, incapable de faire connaître ce dont il parle : il constitue dans son ensemble un simple « jeu de mots ». Nous souhaitons dans ce travail montrer l’influence que cette conception de la littérature eut chez Callimaque, et éclaircir le rôle que la παιδιά joue dans l’esthétique de cet auteur. Le corpus se limite au recueil des Hymnes.

L’étude de plusieurs passages du recueil nous donnera d’abord l’occasion de souligner l’importance que revêtent chez Callimaque les questions de lexique. On expliquera en particulier les liens entre χάρις (grâce de l’expression) et mot d’esprit (ἀστεισμός). Nous finirons en montrant que le mot constitue pour Callimaque un moyen d’assurer l’unité de poèmes caractérisés par l’hétérogénéité de leurs éléments.

La deuxième partie de la thèse sera consacrée à la fonction politique de l’étymologie dans les Hymnes : la « resémantisation » des mots et des formules manifeste l’emprise d’une idéologie nouvelle sur les textes du passé. Le jeu de mot est aussi un moyen d’éviter le sérieux du discours de propagande, et de faire coïncider les deux sens du mot χάρις : reconnaissance vis-à-vis du souverain et agrément de l’expression.

La dernière partie montrera que la lecture des Hymnes permet de préciser les termes de la polémique qui opposa Callimaque au poète Posidippe de Pella : le recueil cherche à susciter une réflexion sur la réception de la poésie, et souligne en particulier le fossé qui sépare celle-ci des arts figuratifs. Alors que les épigrammes de Posidippe développent une analogie entre poésie et sculpture, toutes deux sommées de « mettre la chose sous les yeux », l’auteur des Hymnes met en évidence la capacité des mots à occulter la chose représentée, et les ressources que ce pouvoir offre au poète.

Approches pluridisciplinaires de la poésie hellénistique et de l’image antique

Annonce de soutenance

Evelyne Prioux soutiendra à l’ENS de Lyon son dossier d’Habilitation à Diriger des recherches sur le thème “Approches pluridisciplinaires de la poésie hellénistique et de l’image antique”, le samedi 10 avril 2021 à 14h00 (par Visio-conférence), devant un jury composé de :

M. le Pr. Christophe Cusset, garant (ENS Lyon)

M. le Pr. Benjamin Acosta-Hughes (Ohio State University)

Mme le Pr. Bénédicte Delignon (ENS Lyon)

Mme le Pr. Kathryn J. Gutzwiller (University of Cincinnati)

M. le Pr. Eugenio Polito (Université de Cassino)

M. le Pr. Renaud Robert (Université Bordeaux 3).

Le mémoire inédit que je présente à l’appui de ma candidature porte sur les métaphores qui comparent les arts du langage aux arts visuels dans la littérature grecque et latine, des origines à Byzance. Si l’on limite ramène souvent cette question à l’analyse d’un corpus de textes réduits (par exemple l’aphorisme attribué à Simonide — « la poésie est une peinture parlante » — ou la question de « ut pictura poesis » chez Horace), j’ai voulu montrer que le corpus de textes disponibles était extrêmement vaste et varié et qu’il était possible de suivre les évolutions de ces métaphores et leur glissement d’un art à l’autre. Mon mémoire aborde donc successivement la sculpture, la toreutique, la joaillerie, la peinture et la mosaïque. Ce travail a vu le jour dans le cadre de la préparation du Dictionnaire du poétique dont je prépare actuellement l’édition avec J.-P. Guez, F. Klein, J. Peigney (180 auteurs de 16 nationalités différentes). Si je me suis chargée de la rédaction de l’ensemble des notices portant sur les métaphores tirées des arts figurés, ce dictionnaire, actuellement en cours d’achèvement, offre, dans son ensemble, une somme inédite qui étudie les principales métaphores métapoétiques identifiées à ce jour dans la littérature antique.

Hellenistic Epigrams. A Selection

Alexander Sens

isbn: 9780521614818

  • Greek ‘literary’ epigrams constitute one of the most versatile and dynamic poetic forms in the Hellenistic period. Originally modeled on the anonymous epitaphs and dedications inscribed on monuments throughout antiquity, these short poems came to include a variety of subtypes and served as a vehicle for Hellenistic poets to experiment with themes and motifs from other genres. This edition introduces students to a wide selection of epigrams from the third and second centuries BCE. It provides substantial help in construing the Greek and will be appropriate for those approaching the genre for the first time, whilst also containing material of interest to scholars. It includes work by the most important epigrammatists of this period, with substantial attention paid to the way these poets engage with the epigraphic and literary traditions. The Introduction provides an overview of the history of the genre and of its formal features, including dialect and meter.

  • Table of Contents

    Introduction:
    1. The Origins of Literary Epigram
    2. ‘Genres’ of Hellenistic Epigram
    3. ‘Fictive’ and ‘Inscribed’ Epigrams
    4. Formal and Literary Aspects of Hellenistic Epigrams
    5. Transmission
    6. Organizing Principles of this Anthology
    Epigrams
    Commentary.

The New Politics of Olympos

Michael Brumbaugh

320 Pages | 5  – ISBN: 9780190059262

The New Politics of Olympos explores the dynamics of praise, power, and persuasion in Kallimachos’ hymns, detailing how they simultaneously substantiate and interrogate the radically new phenomenon of Hellenistic kingship taking shape during Kallimachos’ lifetime. Long before the Ptolemies invested vast treasure in establishing Alexandria as the center of Hellenic culture and learning, tyrants such as Peisistratos and Hieron recognized the value of poetry in advancing their political agendas. Plato, too, saw the vast power inherent in poetry, and famously advocated either censoring it (Republic) or harnessing it (Laws) for the good of the political community. As Xenophon notes in his Hieron and Pindar demonstrates in his politically charged epinikian hymns, wielding poetry’s power entails a complex negotiation between the poet, the audience, and political leaders. Kallimachos’ poetic medium for engaging in this dynamic, the hymn, had for centuries served as an unparalleled vehicle for negotiating with the super-powerful.

The New Politics of Olympos offers the first in-depth analysis of Kallimachos’ only fully extant poetry book, the Hymns, by examining its contemporary political setting, engagement with a tradition of political thought stretching back to Homer, and portrayal of the poet as an image-maker for the king. In addition to investigating the political dynamics in the individual hymns, this book details how the poet’s six hymns, once juxtaposed within a single bookroll, constitute a macro-narrative on the prerogatives of Ptolemaic kingship. Throughout the collection Kallimachos refigures the infamously factious divine family as a paradigm of stability and good governance in concert with the self-fashioning of the Ptolemaic dynasty. At the same time, the poet defines the characteristics and behaviors worthy of praise, effectively shaping contemporary political ethics. Thus, for a Ptolemaic reader, this poetry book may have served as an education in and inducement to good kingship.

Part I: On Zeus’ Kingship
Chapter 1: Zeus as a Paradigm for Dynastic Continuity
Seeing Double
The Encomiastic Challenge of a Zeus Narrative
The Persuasive Rhetoric of Political “Correction”

Chapter 2: Kallimachos’ Hymn “On Kingship”
Greatness, Justice, and the Politics of the Homeric Lottery
The Politics and Structures of Power in Zeus’ Regime
“Kings and Singers” Re-Figured

Chapter 3: The Poetics of Praise in the Hymn to Zeus
Praise Makes the King – On Deeds, Praise, and Power
Hymnic Expectations and Musings on the Poet’s Task

The (Meta)poetics of Rhea’s Search
Dramatizing the
Poetic Process

Part II: The Divine Family and the Ptolemaic Dynasty
Chapter 4: Apollo as a New Paradigm for Kingship
Poet as Client and Gatekeeper
Apollo (and) the King
Reading the Hymn in Context
A Poetics of Strife

Chapter 5: Saviors, Tyrants, and the Poetics of Empire
The Poetics of a Destabilized Kosmos
Apollo’s Ordered Regime and Universal Empire
Ptolemaic Thalassocracy in a Destabilized Mediterranean
The Dynastic Legacy of “Soterism”

Distinguishing Kingship from Tyranny

Chapter 6: On the Good Queen
The Emergence of Ptolemaic Queenship
Kallimachos’ Regal Goddesses


Conclusion: On the Good King According to Kallimachos
Figured Speech and the Didactics of Praise
Hymnic Paradeigmata – A
Kallimachean Katoptron Basileos?

Bibliography

 

Séminaire virtuel de poésie hellénistique. Autour de la féminité

Matinée :

10h00 : Massimo Giuseppetti (Université Roma Tre) : « Reading the Silence: intertextuality and Narratorial Authority in Callimachus’ Acontius and Cydippe »

10h45 : Bénédicte Delignon (ENS de Lyon) : « Quelques remarques sur Acontius et Cydippe dans les HéroïdesXX et XXI d’Ovide »

11h30 : Rafael J. Gallé Cejudo (Université de Cadix – ENS de Lyon) : « L’audace des femmes dans l’élégie hellénistique »

Après-midi :

14h00 : Myrtille Rémond (Toronto – ENS de Lyon) : « La vieille femme dans les Idylles de Théocrite »

14h45 : Christophe Cusset (ENS de Lyon) : « Enjeux de la parole féminine dans le poème Mégara attribué à Moschos »

Participer à la réunion Zoom :

https://zoom.us/j/93346908075?pwd=dkpmeHFkcEYwZGNuZ2tKaGh1ZVpyQT09

Teocrito. I carmi eolici (Id. 28-31)

Viola Palmieri

edizionidellorso – Collana: Hellenica / ISSN 1825-3490

Isbn: 978-88-6274-908-4 – 240 pages

Nella proteiforme fenomenologia espressiva dell’ingegno poetico di Teocrito, gli idilli eolici rappresentano un caso unico e allo stesso tempo emblematico dell’intenso dialogo del poeta con il patrimonio letterario arcaico. Testimonianza importante dell’eredità della melica arcaica in età ellenistica, questi carmi trasportano il lettore antico e moderno in un vero e proprio viaggio nel tempo che, dopo secoli, riporta alla luce l’universo femminile saffico e quello del simposio arcaico di matrice alcaica: una vera e propria operazione “archeologica” che giunge a ricostruire finanche il dialetto e il metro in cui il modello eolico aveva trovato espressione. Raffinatezza, lirismo e charis caratterizzano sia la vivida descrittività della Conocchia, carme anatematico/encomiastico dedicato all’amico Nicia, sia la vivace rappresentazione dell’eros paidico nei carmi 29-31, in cui elementi tradizionali si fondono con il gusto alessandrino per immagini e lessico estremamente ricercati ed evocativi. Questo volume propone una nuova edizione critica dei carmi eolici di Teocrito, accompagnata da una traduzione italiana e da un’ampia introduzione al contesto culturale e letterario in cui essi sono immersi. Il dettagliato commento guiderà il lettore nella decodificazione e comprensione del complesso tessuto di riferimenti letterari, anteriori e coevi, in cui si snoda l’apparato espressivo teocriteo, mettendo di volta in volta in risalto i modelli di riferimento e i tratti di personale innovazione dell’autore.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search