Alexandra Rozokoki

Parution de l’ouvrage suivant : 

Alexandra Rozokoki, The negative presentation of the Greeks in Lycophron’s Alexandra and the dating of the poem.

Η ΑΡΝΗΤΙΚΗ ΠΑΡΟΥΣΙΑΣΗ ΤΩΝ ΕΛΛΗΝΩΝ ΣΤΗΝ ΑΛΕΞΑΝΔΡΑ ΤΟΥ ΛΥΚΟΦΡΟΝΑ ΚΑΙ Η ΧΡΟΝΟΛΟΓΗΣΗ ΤΟΥ ΠΟΙΗΜΑΤΟΣ (ΔΙΓΛΩΣΣΗ ΕΚΔΟΣΗ, ΕΛΛΗΝΙΚΑ-ΑΓΓΛΙΚΑ)

Athens: Ekdoseis Koralli, 2019.

110p., 10,60 €.

ISBN: 9789609542630

The disparagement of the Greeks and the pro-Trojan attitude that pervade the Alexandra, culminating in the encomium to Rome/new Troy (Alex. 1226-82, 1446-50), suggest that the poem was composed for the gratification of the Romans. The segment Alex, 1226-82 alludes to the dominion of the Romans over the Italian peninsula, as this was sealed by the defeat of Pyrrhus (275 BC) and completed with the subordination of the cities of Magna Graecia (272/270 BC). Before Rome could begin further expansion to the East and West, it had first to consolidate its domination of the Italian peninsula, which, once accomplished, was a brilliant achievement. The words γης και θαλάσσης σκήπτρα και μοναρχίαν λαβόντες (Alex. 1229-30) declare that Rome, alone and unopposed, rules the land of Italy (from Pisa. Ariminum, to the Straits of Messina) and the surrounding seas (Adriatic, Ionian, Tyrrhenian). The creator of the Alexandra is the poet and grammarian Lycophron of Chalcis about whom there is evidence that he maintained kinship bonds with Rhegium in Southern Italy. Numerous of the poet’s objectives lying behind the writing of the Alexandra are illuminated through details known about his life as well as via the observations I have made concerning historical events and social conditions of the cities of Magna Graecia from the era of colonization until the 3rd cent. BC: among these are the emphatic reference to Scylla, aversion to anything Locrian, the championing of the Messenian heroes (the Apharetidae) and the criticism of the Spartans’ guile. (From the publisher)

Η υποτίμηση των Ελλήνων και η φιλοτρωική διάθεση που διαπερνά την Αλεξάνδρα με αποκορύφωση το εγκώμιο προς τη Ρώμη/νέα Τροία (Αλεξ. 1226-82. 1446-50) υποδεικνύουν ότι το ποίημα έχει συντεθεί προς ευχαρίστηση των Ρωμαίων. Το κομμάτι Αλεξ. 1226-82 αφορά στην κυριαρχία των Ρωμαίων επί της ιταλικής χερσονήσου, όπως αυτή σφραγίστηκε με την ήττα του Πύρρου (275 π.Χ.) κι ολοκληρώθηκε με την υποταγή των πόλεων της Μ. Ελλάδας (272/270 π.Χ.). Προτού η Ρώμη αρχίσει την περαιτέρω επέκταση προς ανατολάς και δυσμάς, έπρεπε πρώτα να εδραιώσει την κυριαρχία της στην ιταλική χερσόνησο, πράγμα που αποτελούσε μεγάλο κατόρθωμα. Η φράση γης και θαλάσσης σκήπτρα και μοναρχίαν λαβόντες (Αλεξ. 1229-30) υπαινίσσεται ότι η Ρώμη εξουσιάζει μόνη κι ανενόχλητη τη γη της Ιταλίας (από την Πίσα, το Ariminum μέχρι τον πορθμό της Μεσσήνης) και τις γύρω θάλασσες (Αδριατική, Ιόνιο, Τυρρηνικό). Δημιουργός της Αλεξάνδρας είναι ο ποιητής και γραμματικός Λυκόφρων από τη Χαλκίδα, για τον οποίο μαρτυρούνται συγγενικοί δεσμοί με το κατωιταλιωτικό Ρήγιο. Μέσα από βιογραφικά στοιχεία του ποιητή αλλά και μέσα από αναγωγές σε ιστορικά γεγονότα και κοινωνικές καταστάσεις των πόλεων της Μ. Ελλάδας από την εποχή του αποικισμού μέχρι τον 3ο αι. π.Χ., φωτίζονται διάφορα σημεία του ποιήματος όπως είναι η εμφατική αναφορά στη Σκύλλα, η απέχθεια σ’ οτιδήποτε λοκρικό, η προβολή των Μεσσηνίων ηρώων (Αφαρητίδες) και ο ψόγος των Σπαρτιατών ως πανούργων. (Από την παρουσίαση στο οπισθόφυλλο του βιβλίου)

VI JORNADAS CIENTÍFICAS SOBRE LITERATURA HELENÍSTICA “TEXTO POÉTICO Y TEXTO EN PROSA: ANÁLISIS DE LAS INTERSECCIONES GENÉRICAS”

 MIÉRCOLES 13 DE NOVIEMBRE 

16:00–16:15 h: PRESENTACIÓN DE LAS JORNADAS 

16:15–16:45 h: PROF. TOMÁS SILVA SÁNCHEZ (Universidad de Cádiz) 

“Métrica griega: lápiz, papel, estadísticas y algo más” 

16:45–17:30 h: PROF. LUIS A. GUICHARD (Universidad de Salamanca) 

“Relación entre poesía y prosa en Gregorio de Nacianzo” 

17:30–18:00 h: BREVE PAUSA 

18:00–18:45 h: PROF. IRENE WEISS (Universidad de Mainz) 

“De las hamadríadas como ninfas bucólicas” 

18:45–19:15 h: PROF. CHRISTOPHE CUSSET (ENS de Lyon) 

“De la prose johannique à la poésie nonniene: les méthodes de la paraphrase poétique de Nonnos de Panopolis” 

19:15–19:45 h: PROF. RAFAEL J. GALLÉ CEJUDO (Universidad de Cádiz) 

Frustula elegiaca 

19:45–20:30 h: DEBATE 

 JUEVES 14 DE NOVIEMBRE 

16:15–17:00 h: PROF. M.ª PAZ LÓPEZ MARTÍNEZ (Universidad de Alicante) 

“Historias de princesas en los fragmentos de la novela griega I“ 

17:00–17:45 h: PROF. CONSUELO RUIZ MONTERO (Universidad de Murcia) 

“Historias de princesas en los fragmentos de la novela griega II” 

17:45–18:15 h: BREVE PAUSA 

18:15–19:00 h: PROF. SILVIA BARBANTANI (Universidad Sacro Cuore de Milán) 

“Apollonius of Rhodes between prose and poetry” 

19:00–19:30 h: PROF. MANUEL SÁNCHEZ ORTIZ DE LANDALUCE (Universidad de Cádiz) 

“Notas sobre el σοφός en la Antología Palatina 

19:30–20:30 h: DEBATE Y CLAUSURA

Programa VI Jornadas Literatura helenistica 2019

Callimachus Revisited. New Perspectives in Callimachean Scholarship

Editors:  Klooster J.J.H., Harder M.A., Regtuit R.F., Wakker G.C.

Year: 2019
ISBN: 978-90-429-3850-2
Pages: VI-394 p.
Price: 83 EURO

Summary:
This special volume of the Hellenistica Groningana, in honour of the achievements and career of Professor M.A. Harder revisits the poetry of Callimachus (theme of two earlier Hellenistic Workshops).

A number of renowned international scholars in the field of Hellenistic studies reflect on new perspectives in Callimachean scholarship, inspired among others by Annette Harder’s 2012 edition of Callimachus’ Aetia. Their questions aim to contextualize and analyze Callimachus’ poetry in novel ways, inspired by both new literary theory and historical insights and a solid body of existing scholarship. How do Callimachus’ learned elegies relate to the genre of didactic poetry? How do his aetiological narratives straddle the border between fiction and reality? What is their basis in Hellenistic scholarship, and in Near Eastern or Egyptian poetic traditions? How and why do later Greek poets incorporate Callimachean poetics, and so facilitate his reception in Latin poetry? What is Callimachus’ attitude to gods and divine rulers in his hymnic poetry? These and many more questions are addressed, creating new perspectives in Callimachean scholarship, as the title indicates.

http://www.peeters-leuven.be/toc/9789042938502.pdf

Dramatic Poetry in the Hellenistic Period and its Influence on later Greek and Latin Literature – CfP

The Semana de Estudos sobre o Período Helenístico is a biannual international conference organized by the research group Hellenistica (USP/CNPq). The event’s purpose is the promotion and diffusion of current researches on Hellenistic studies in Brazil. Its sixth edition will take place on 10-11th. March 2020, and this time its theme is Dramatic Poetry in the Hellenistic Period and its Influence on later Greek and Latin Literature. It will be held at Faculdade de Filosofia Letras e Ciências Humanas of the Universidade de São Paulo, Brazil (FFLCH-USP). The conference aims at discussing the different dramatic genres explored during this period (tragedy, comedy, mime etc.) and their role as a possible model to subsequent dramatic poetry. We are honoured to announce that Elena Esposito (Università degli Studi dela Basilicata), Ioannis Konstantakos (National & Kapodistrian University of Athens), Isabella Tardin Cardoso (UNICAMP), and Renata Cazarini (UFF) are among the confirmed speakers.

Call for Papers

Researchers interested in taking part in the conference are kindly asked to send abstract proposals by 4th. November 2019. All proposals will be examined by the Committee and must include:

Title and Abstract (max. 300 words; accepted languages: English, French, Italian, Spanish or Portuguese)

Name of the author(s)

Academic or Institutional Affiliation

E-mail

Contact for sending proposals on this link.

All talks should last 25 minutes. Other 10 minutes will be granted for debate.

Additional Information: uspclassicas@gmail.com

Committee:

Fernando Rodrigues Junior (USP)

Breno Battistin Sebastiani (USP/CNPq)

Bárbara da Costa e Silva (USP)

Flavia Fernandes Benini (USP)

Flávia Vasconcellos Amaral (USP/University of Toronto)

Sâmea Rancovas Giraldes (USP)

José Leonilson Fontes Filho (USP)

Approches Linguistiques de la langue d’Apollonios de Rhodes

Journée d’études – Lyon, 30 septembre 2019 – ENS de Lyon -Buisson D8001

Programme

9h-9h30 : Accueil des participants

9h30-9h45 : Ouverture 

9h45-10h30 : Daniel Kölligan, Université de Cologne : « Possession and the history of the genitive in Apollonius Rhodius»

10h30-11h15 : Julia Del Treppo, Université Paris Sorbonne : « Imiter Homère : sur la tmèse chez Apollonios de Rhodes »

11h15-12h : Emmanuelle Morel, Université Lumière Lyon 2 : « Apollonios de Rhodes et le vocabulaire homérique : les  verbes en ‑ιάωet les verbes en –άωà vocalisme ō »

12h-13h30 : Pause déjeuner

13h30-14h15 : Alain Blanc, Université de Rouen Normandie, «Anthroponymes et toponymes »

14h15-15h : Maria Margherita Cardella,  Université de Milan : « Les composés nominaux à premier membre ἐν° dans les Argonautiques: entre tradition et innovation »  

15h-15h45 : Eric Dieu, Université Toulouse II :« Le meilleur et le pire chez Apollonios de Rhodes, ou de l’art d’être plus “homérique” qu’Homère »

15h45 : Clôture

 

 

Bourse HiSoMA

The Research Center HiSoMA, History and Sources of the Ancient Worlds (UMR 5189), is one of the research centers federated within the Maison de l’Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux (MOM). Its research activity focuses on the study of ancient worlds, covering a wide geographical area (from Gaul to the Indian subcontinent, via Egypt and the Levant) as well as a large chronological range (from the Old Pharaonic Empire up to the Late Antiquity, even up to the High Middle Ages) and encompassing all disciplines of Classics (archaeology, history, literature, linguistics, philology, patristics, epigraphy, numismatics, iconography). The center gathers close to 80 full time researchers, as many doctoral students, and about 90 associate researchers, all supported by administrative and technical engineersand contractors.

With its dynamic scientific activity, its precious library and its strong anchoring in Lyon, one of Europe’s major cities, HiSoMA has decided now to open to young foreign researchers a dedicated support to make their own research, giving them access to its research environment (specialists, library) through the creation of a new HiSoMA fellowship.

https://www.hisoma.mom.fr

Bourse HiSoMA_Call for application_3

Callimachus – Richard Rawles

Callimachus was one of the most important Greek poets, and can also be one of the most rewarding to read. He was a pivotal figure in the history of ancient literature and an influential presence in later ancient poetry, including Catullus and Vergil. Yet his work is not read and enjoyed as much as it could be. This new volume in the popular Ancients in Action series seeks to bring Callimachus to a wide audience, addressing the problems with currently available scholarship, which assumes a professional level of expertise, including full knowledge of Greek.

Rawles presents a much-needed introduction to Callimachus’ poetry and is intended for the non-specialist reader and student, assuming no knowledge of Greek. The book is organised in thematic chapters, rich in quotation (in translation), with selective annotations and guidance for further study and reading

« Les phytonymes dans la poésie grecque archaïque et hellénistique (Hésiode, Théocrite) »

Dans le cadre du projet ANR AgroCCol, nous aurons le plaisir d’entendre le lundi 24 juin, à 10h (ENS de Lyon, D4-024), une communication d’Hamidou Richer intitulée : « Les phytonymes dans la poésie grecque archaïque et hellénistique (Hésiode, Théocrite) »

Résumé : L’étude des phytonymes et des poèmes hésiodiques permet d’éclaircir bien des points de l’idylle X de Théocrite, qui met en scène des moissonneurs et non des pâtres. La communication abordera en particulier quatre questions : quelle plante désigne le terme cactos ? Pourquoi appeler une joueuse de flûte Bombyka ? Comment se moquer d’un moissonneur amoureux ? Lityersès chantait-il les poèmes d’Hésiode, lorsqu’il coupait des têtes ?

Atelier-AgroCCol-24-juin

Hamidou Richer, ancien élève de l’ENS Ulm, agrégé de grammaire, est docteur de l’université de Lyon et membre associé de l’ERIAC (EA 4705). Après avoir consacré sa thèse à la constitution  de la poésie bucolique comme genre littéraire et à sa réception, il travaille actuellement sur la vie de Théocrite et les épigrammes de l’anthologie palatine.

Vous y êtes chaleureusement invité.e.s !

Cette conférence a lieu dans le cadre du projet AgroCCol. Pour en savoir plus : https://agroccol.hypotheses.org

Contact : maelys.blandenet@ens-lyon.fr

REDÉCOUVRIR L’APPARITION DE MÉNANDRE

Christophe CUSSET
Études grecques
LITTÉRATUREETUDE THÉÂTRALEEUROPEGrèce

La découverte du papyrus Bodmer au milieu du siècle dernier a restitué une pièce complète de Ménandre(342-292) : “Dyscolos”. Depuis les études sur le fameux dramaturge se sont beaucoup développées. Si les éditions des pièces les mieux conservées de Ménandre se sont multipliées ces dernières années, il convient aussi de revisiter les pièces plus fragmentaires à la lumière de nos dernières connaissance sur le sujet. C’est dans cette perspective qu’est menée ici une étude renouvelée des fragments de la pièce intitulée “L’Apparition” dont l’importance est attestée par de nombreux témoins.

Spécialiste de la poésie hellénistique et de la Comédie Nouvelle, Christophe Cusset est professeur de littérature grecque à l’ENS de Lyon. Il s’intéresse en particulier aux questions de poétique et d’intertextualité.

Project Margins of Learning: the scholia on Apollonius’ Argonautica

4-year PhD scholarship

Project Margins of Learning: the scholia on Apollonius’ Argonautica

Deadline Friday 3rd May 2019

The Department of Classics at Trinity College Dublin seeks applicants for a fully-funded four-year Provost’s PhD Project Award to start a PhD on a topic related to the scholia on Apollonius’ Argonautica in September 2019 or March 2020. The successful applicant will be enrolled in the Structured PhD Programme and collaborate in a research group with other PhD students working on Greek hexameter poetry and its reception. The award comprises the full PhD tuition fees (at EU or non-EU level) and an annual stipend of €16,000. Trinity’s Provost’s PhD Project Awards are generously funded through alumni donations and Trinity’s Commercial Revenue Unit.

Apollonius of Rhodes’ Hellenistic epic Argonautica attracted much scholarship already in antiquity thanks to the poet’s pervasive engagement with ‘learned’ sources. This scholarship mainly survives in medieval scholia, which are a key source for hundreds of Greek mythographers, local historians and geographers whose works are no longer extant. The Apollonius-scholia provide important information on many areas of ancient intellectual endeavour, but they are difficult to use and evaluate.

Within the project ‘Margins of Learning’ possible areas for PhD research include (but are not limited to):

  • genesis of the corpus
  • the manuscripts preserving the scholia
  • indirect transmission of Apollonius-scholarship in sources such as lexica
  • the scholia as source for lost authors and works
  • critical-exegetical methods, interests and terminology
  • the scholia’s place in intellectual history

Potential applicants are invited to contact Dr Martine Cuypers (cuypersm@tcd.ie) for full project and application information and to consult on their research proposal. Applications including a research proposal, cv, transcripts, and two academic references must be submitted electronically to Ms Eilís Dunne at pghishum@tcd.ie by Friday 3rd  May 2019.

Pastori antichi e moderni. Teocrito e le origini popolari della poesia bucolica

Emanuele Lelli

Hildesheim, Olms, 2017. 2. Auflage 2019

Spudasmata ; Bd. 174.

Da alcuni anni, Emanuele Lelli ha sviluppato e divulgato un metodo di ricerca che unisce alla filologia l’approccio comparativo proprio delle discipline demoetnoantropologiche: la “demofilologia”. Conducendo decine e decine di interviste nella realtà agropastorale del nostro meridione – le società storicamente e culturalmente discendenti da quella greca e romana – Lelli ha dimostrato che la memoria degli anziani contadini dell’Aspromonte o dei pastori abruzzesi, degli allevatori salentini o dei caprai dei Nebrodi, conserva in modo sorprendente, per ininterrotta tradizione orale, credenze, superstizioni, gesti quotidiani, rimedi terapeutici, motivi di canto, proverbi ed espressioni idiomatiche, di cui anche i più idealizzati classici sono permeati.

In particolare, nel suo ultimo lavoro, Pastori antichi e moderni. Teocrito e le origini popolari della poesia bucolicaLelli applica il metodo ”demofilologico” agli idilli di Teocrito, un autore che come pochi altri offre ai lettori un repertorio straordinario di tratti di cultura popolare: proverbi, motivi di canto tradizionale, superstizioni e credenze, che divengono pienamente comprensibili solo grazie alla comparazione folklorica con le tradizioni del mondo agropastorale moderno. Anche sulla base di testimonianze epigrafiche e archeologiche correlate al mondo contadino antico, l’Autore argomenta che di tutti questi elementi della quotidianità del mondo agropastorale Teocrito si fa non imitatore, come diffusamente ritenuto, bensì testimone, trasponendo in letteratura le tradizioni orali di canto pastorale ancora presenti nel contesto euromediterraneo. Esaminando la letteratura antica alla luce di una cultura “materiale” popolare che davvero sembra manifestarsi immutata nel trascorrere dei secoli, le ricerche di Lelli rivelano dunque la possibilità di compiere un viaggio della memoria in una duplice direzione: non solo dagli antichi a noi, ma anche dall’oggi al passato.

ISBN9783487156361 (paperback) 3487156369 (paperback)

Lumière et obscurité dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes

Soutenance de thèse présentée par Nadège Wolff au sein de l’UMR 5189 HiSoMA, à l’ENS de Lyon, le mardi 11 décembre à 14h.

Composition du jury : Isabelle Boehm (Lyon 2, Présidente du jury), Michel Briand (Poitiers, Rapporteur), Christophe Cusset (ENS Lyon, directeur de thèse), Nadine Le Meur-Weismann (Paris Ouest Nanterre, Rapporteur), Richard Hunter (Cambridge).

La première partie consistera en une étude lexicale et sémantique approfondie des termes liés à la lumière et à l’obscurité, dans une comparaison systématique avec les emplois homériques et plus ponctuellement tragiques. On verra d’abord le groupe de φάος, φαίνω/φαίνομαι et les termes lexicalement apparentés. Ces premières observations seront complétées par l’étude des diverses sortes de lumière et des différents effets lumineux, groupés par champs lexicaux, comme λάμπω (et λαμπρός), λιπαρός, ?γλαός, α?γλη, α?γή, ?κτίς, φέγγος, σέλας, ?ργός, ?μαρ, μαρμαίρω et ?μαρύσσω . Cette partie très vaste et assez discontinue nous permettra de montrer les multiples effets de lumière qui coexistent dans les Argonautiques. Nous nous concentrerons ensuite sur les différents termes liés à l’obscurité. Cette démarche plurielle est rendue obligatoire par l’absence de terme générique aussi marqué que φάος. Il s’agira donc d’étudier successivement νύξ et μέλας (ainsi que leurs composés et dérivés), κνέφας, σκιάω/σκιόεις, ζόφος et ?ρεβος, ?χλύς et ?χλυόεις, κελαινός et ?ρεμνός. Nous consacrerons une quatrième partie au champ lexical de la couleur, en partant de nuances chromatiques claires naturellement proches de la lumière, puis nous étudierons les rouges, très présents chez Apollonios, pour évoquer les autres teintes plus secondaires.Deux dernières sous-parties feront un état des lieux plus rapide des métaux et sources naturelles de lumière, ainsi que des effets de lumière produits par la présence du feu et de sa famille lexicale. 

    La deuxième partie explorera le rôle du couple lumière / obscurité dans la construction (et déconstruction) de l’espace-temps dans les Argonautiques, épopée qui peut se lire avant tout comme un récit de voyage. Nous verrons que la succession naturelle du jour et de la nuit structure l’épopée et dessine un journal de bord, mais que cette structuration est discontinue selon les différents chants, et que la coloration émotionnelle liée au jour et à la nuit peut s’avérer sensiblement différente d’un épisode à un autre. En nous intéressant en parallèle au rôle des dieux, pourvoyeurs de signes lumineux dans un espace marin souvent hostile, nous verrons qu’il jouent un rôle ambigu dans cette épopée alexandrine, en se révélant à la fois présents et absents, intéressés et indifférents, souvent invisibles aux yeux de ceux à qui ils portent secours. Dans une deuxième sous-partie, nous verrons que le périple des Argonautes est assimilable à une catabase : les héros croisent les portes des Enfers, affrontent des divinités infernales et archaïques, viennent à bout de créatures chthoniennes et affrontent le désert et la mer, qui sont deux images des Enfers. La troisième sous-partie montrera que les Argonautes viennent à bout de ces catabases successives, menaces d’obscurité permanente grâce aux lumières de la civilisation dont ils sont l’incarnation. Sur les comptoirs de la Mer noire, les Argonautes se comportent en colons grecs et rejouent l’histoire grecque. La lutte entre la lumière et l’obscurité met donc en place une scénographie de la lutte de la civilisation contre la barbarie, angoisse réelle d’une société alexandrine placée dans un contexte de double culture. 

    La troisième partie sera centrée autour de l’héroïsme. Nous verrons d’abord que l’héroïsme collectif que tente de promouvoir cette épopée alexandrine se solde par des échecs et une lutte toujours recommencée entre le neikos et l’homonoia. Jason est le véritable héros des Argonautiques, même s’il n’a pas toujours la carrure d’un héros iliadique. Le poète l’indique assez en l’entourant de phénomènes constants de lumière, qui dans leurs valeurs successives transforment l’Aisonide en laboratoire d’exploration du héros homérique : en fonction des différents effets de lumière, Jason se fait successivement Pâris (pour la séduction brillante), Ulysse (avec son manteau étincelant, sa diplomatie et sa ruse, ainsi que son corps magnifié par l’action divine), et même Achille, auquel il ressemble à s’y méprendre lors de l’accomplissement des épreuves d’Aiétès, sous un déluge de comparaisons lumineuses.Cependant, Jason, créature exploratoire d’Apollonios, ne sert qu’à montrer les limites des héros homériques et du code héroïque traditionnel en général, qui tend à créer des individualités tellement puissantes qu’elles nuisent à la réussite du groupe. Jason, héros démocratique, est aussi un héros alexandrin qui a compris les vertus de la diplomatie et les limites de la force physique. Il transcende les héros homériques en substituant une stratégie de l’amour à celle de la guerre. Dans une seconde sous-partie, nous verrons ainsi que le poète construit un héroïsme érotique, où la lumière martiale devient secondaire et inefficace. Les scènes d’armement traditionnelles sont ainsi évacuées de l’épopée en étant présentées comme inutiles. Jason s’arme d’un manteau lumineux et flatteur : L’univers martial bascule alors dans l’univers érotique, et les métamorphoses de la lumière homérique n’ont de cesse de le montrer. Ce remplacement de l’héroïsme martial par un héroïsme érotique, moins dangereux et plus pragmatique, avec une lumière qui protège au lieu de consumer intérieurement, a pour corrolaire une inversion ponctuelle des rôles traditionnels du masculin et du féminin. Le héros, en recourant à des artifices féminins et à la magie, se dégrade par rapport à son rôle habituel ; Médée, au contraire, peut accéder à une nouvelle forme d’héroïsme au féminin. Une troisième sous-partie explore cet aspect en interrogeant le rapport entre nuit et féminité, sachant que l’obscurité place les femmes au centre de l’action dans le cadre d’un espace plus marginal.  L’héroïsme, par ce mouvement général de relecture alexandrine par l’inversion, finit par questionner la nature de l’oeuvre d’Apollonios elle-même.

    Une quatrième partie s’intéressera aux questions génériques et métapoétiques qui travaillent les Argonautiques. La nature de l’oeuvre, problématique, peut être en partie élucidée en suivant les réseaux de lumière qui s’y forment : la clôture des différents épisodes sur eux-mêmes, permise par un travail constant d’encadrement par la lumière et l’obscurité, fait pencher les Argonautiques vers la forme du recueil de petits genres (idylles, selon le sens étymologique du terme), un peu à l’instar du projet de Théocrite, en proposant une tragédie (le chant III), des epyllia, des pièces partiellement bucoliques, des mini récits de fondation (ktisis), un hymne fragmenté à Apollon à la manière de Callimaque etc. La dimension picturale de nombreux épisodes peut même faire penser au projet de Philostrate quelques siècles plus tard avec sa galerie de tableaux, autre forme du recueil. Loin de se perdre dans une mer  épique et bourbeuse, les Argonautiques tracent leur sillon dans la production littéraire alexandrine, dont ils ne s’éloignent pas tellement. Notre thèse est qu’Apollonios, en écrivant une épopée, genre démodé à l’époque alexandrine, en profite pour livrer un geste on ne peut plus alexandrin : non content d’en renouveler le lexique, d’en brouiller la construction spatio-temporelle et d’y substituer un nouvel héroïsme, moins violent et plus inclusif, le poète résout la tension de la longueur du texte en le segmentant pour le transformer en recueil de pièces délicates et potentiellement autonomes, voire autotéliques, où Apollonios signe sa présence à travers le dieu de la lumière et de la poésie dont le nom est si proche du sien, Apollon.   

Du paysage quotidien à l’espace poétique. Le sanctuaire dans la poésie gréco-latine jusqu’au IIe s. ap. J.-C.

http://transfers.ens.fr/du-paysage-quotidien-a-l-espace-poetique-le-sanctuaire-dans-la-poesie-greco?artpage=2-3#outil_sommaire_1

Programme.        

JEUDI 13 DÉCEMBRE 2018
Salle des Actes, Sorbonne-Université

13h45 : accueil des participants

14h-14h30 : introduction

1. Au sanctuaire comme à la scène

Présidence : Christine Mauduit

14h30-14h55 – Michel Fartzoff (Université de Franche-Comté, ISTA) : « Le sanctuaire tragique dans le théâtre conservé de Sophocle et Euripide : entre religion et dramaturgie »

14h55-15h20 – Julien Bocholier (AOrOc) : « L’espace sacré dans les Héraclidesd’Euripide »

15h20-15h45 –Cédric Germain (FoReLL) : « Espace sacré, espace scénique et espace comique dans les Thesmophories d’Aristophane »

15h45-16h : discussion

16h-16h30 : pause

2. Sacré et profane : le temple et l’espace intime

Présidence : Jean-Christophe Jolivet

16h30-16h55 – Marine Miquel (Université de Tours, ArScAn) : « Poétique des sanctuaires dans les Élégies de Properce : du paysage sacré comme arrière-plan au lieu sacré « acteur » dans l’espace intime »

16h55-17h20 – Daniel Vallat (Université Lumière–Lyon–II, HISOMA) : « Le sacellum de Virgile : lecture métapoétique de Buc. 3,1-20 »

17h20-17h45 – Sylvie Franchet d’Espèrey (Sorbonne–Université, EDITTA) : « Heurs et malheurs d’un sanctuaire privé : Sunt fata deum, sunt fata locorum (Stace, Silves, III.1) »

17h45-18h00 : discussion

VENDREDI 14 DÉCEMBRE 2018
Salle D035. Maison de la Recherche, Site Serpente

8h50 : accueil des participants

3. Lieux sacrés dans la poésie augustéenne et sa tradition

Présidence : Sylvie Franchet d’Espèrey

9h-9h25 – Mathilde Simon (ENS, AOrOc) et Cécile Margelidon (ENS) : « Définition et emplois de templum chez les poètes augustéens et leurs commentateurs »

9h25-9h50 – Gaëlle Herbert de la Portbarré-Viard (Université d’Aix-Marseille, CPAF-TDMAM) : « La porte du sanctuaire dans l’œuvre d’Ovide : métamorphoses d’un fragment du discours architectural sur les temples à l’époque augustéenne entre méta-poétique et politique »

9h50-10h00 : discussion

10h-10h30 : pause

Présidence : Alexandre Grandazzi

10h30-10h55 – Emmanuelle Raymond-Dufouleur (Université d’Angers, CIRPaLL) : « Regards croisés : le temple d’Apollon Palatin et ses lectures dans la poésie augustéenne »

10h55-11h20 – Damien Nelis (Université de Genève) : « Virgile, Géorgiques 3.1-48 : textes, paysages et monuments »

11h20-11h30 : discussion

11h30-11h55 – Jean-Christophe Jolivet (Sorbonne–Université, EDITTA) : « In medio mihi Picus erit templumque tenebit : la regia Pici d’Enéide 7, entre temple poétique et palais homérique »

11h55-12h20 – François Ripoll (Université Toulouse–Jean Jaurès, PLH-CRATA) : « Lieux sacrés et scènes de réception dans l’épopée latine de Virgile à Valérius Flaccus »

12h20-12h30 : discussion

12h30-14h30 : déjeuner

4. Perversions du sanctuaire

Présidence : Rossella Saetta Cottone

14h30-14h55 – Diane Cuny (Université de Tours, CESR) : « Sanctuaires souillés, rites profanés dans l’Antigone de Sophocle »

14h55h-15h20 – Cécile Merckel (CARRA) : « Les bois sacrés dans les tragédies de Sénèque »

15h20-15h30 : discussion

15h30-16h : pause

Présidence : François Ripoll

16h-16h25 – Bénédicte Chachuat (Université Toulouse–Jean Jaurès, PLH-CRATA) : « La Thessalie, sanctuaire infernal dans la Pharsale de Lucain ? »

16h25-16h50 – Emilia Ndiaye (Université d’Orléans, POLEN) : “Hunc [lucum ]tenent barbara ritu sacra deum (Bellum ciuile, III, 402-404) : le lucus comme sanctuaire barbare gaulois, de César à Lucain

16h50-17h00 : discussion

SAMEDI 15 DÉCEMBRE 2018
Salle des Actes, Sorbonne- Université

9h15 : accueil des participants

5. Le paysage religieux : de l’inscription géographique à l’espace symbolique

Présidence : Michel Fartzoff

9h30-9h55 – Nadine Le Meur (Université Paris–Nanterre, ArScAn) : « Sanctuaire et poésie chez Pindare »

9h55-10h20 – Alain Billault (Sorbonne–Université, EDITTA) : « Sanctuaires et poésie dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes »

10h20- 10h30 : discussion 

10h30-11h : pause 

Présidence : Damien Nelis

11h-11h25 – Alexandre Grandazzi (Sorbonne–Université, EDITTA) : « Martis manubias Musis consecrare (Cic., Arch. 27) : Ennius et le temple d’Hercule Musagète »

11h25-11h50 – Bruno Poulle (Université de Franche-Comté, ISTA) : « Les sanctuaires dans les poèmes d’exil d’Ovide contribuent-ils à un plaidoyer ? »

11h50-12h : discussion

12h-14h00 : déjeuner

6. Constructions symboliques et métapoétiques du sanctuaire

Présidence : Nadine Le Meur

14h00-14h25 – Evelyne Prioux (CNRS, ArScAn) : « Le sanctuaire, métaphore du recueil poétique dans la poésie hellénistique »

14h25-14h50 – Hamidou Richer (HISOMA) : « Sanctuaires réels et sanctuaires imaginaires dans les Idylles de Théocrite »

14h50-15h15 – Anicet Bassilua (Université de Liège) : « Le Temple et le cantique de Syméon en Luc 2, 29-32. Analyse d’une métaphore poétique opérée par l’auteur du 3e Évangile »

15h15-15h30 : discussion

15h30-16h00 : conclusions du colloque

‘Callimachus’ Galatea and the victory over the Galatians: an ‘Apolline Schema’’

The London ICS Postgraduate Work-in-Progress Seminar (PGWiP) is held every Friday at the Senate House, South Block, Malet St, London WC1E 7HU. This Friday 7th December, Senate House room 246 at 4.30 p.m., Giovanna Pasquariello (Naples) will present on 

‘Callimachus’ Galatea and the victory over the Galatians: an ‘Apolline Schema”

How can literature and politics be related? Which performance occasions can give voice to a piece of Hellenistic poetry? And how can, its part, the latter and its thematic, linguistic and stylistic structure give voice to the historical context? These are some of the most wide questions which could be answered to, by analysing Callimachus’ Galatea. Known as fragments (frr. 378-379 Pfeiffer) through indirect tradition, this piece of hexametric poetry should have been devoted to the homonymous nymph, Galatea, but the fragments we can read give us a sample of Hellenistic doctrina and references to the historical context. Callimachus included a series of fish as a literate intermezzo and he mentioned the Galatian raid against Greece, led by Brennus in 279 B.C. The analysis of the lexical patterns lets us include Callimachus’ Galatea in the Delphic tradition of the mentioned historical episode. The inter-textual comparison among Galatea, a Coan decree (Syll.3 398), Callimachus’ Hymn to Delos, an epigram attributed to Anyte of Tegea (Anth. Pal. 7. 492), two elegiac fragments (CID III 1-2) and other epigraphic testimonies provide a wide panorama of this narrative schema, ‘Apolline’ because the Delphic environment, with its celebrative occasions for the victory against Galatians, represented a real memorial forge for the transmission of this event. But why should Callimachus have inserted his poetry in this ‘memorial’ Delphic pattern and which performance contexts and political reasons can we reconstruct for it? The answer must be searched in Ptolemaic politics during the ‘80-‘50 of III B.C: legitimation purposes and geopolitical networks constituted by Panhellenic Festivals will reveal how literature and history are closely related and how important is to study this relationship to understand the cultural and political dynamics of the ancient world. 

All postgraduates welcome. Wine and nibbles to follow.  

William Coles, Anna Lucia Furlan, Dies van der Linde(Joint Chairs 2018/2019)For further information please visit our websitefacebook page or follow us on Twitter @pgwip.