La rhétorique du petit dans l’épigramme grecque et latine

Actes du colloque de Strasbourg (26-27 mai 2015)
Édités par Céline Urlacher-Becht et Doris Meyer
2018, 336 p., br. – 39 €

 

ISBN : 978-2-7018-0523-8                        http://www.deboccard.com

La thématique du « petit » traverse toute l’histoire de l’épigramme littéraire antique, depuis la naissance du livre d’épigrammes en Grèce vers 400 av. J.-C. jusqu’à ses dernières manifestations dans la latinité tardive. Par-delà la mesure brève des pièces, innombrables sont en effet les « petits » sujets traités, depuis les supports réduits jusqu’aux sujets légers, en passant par les humbles figures. À maintes reprises, c’est le poète lui-même qui se présente sous des traits modestes ou donne une image dépréciée de ses vers, si bien que ses poèmes semblent relever d’un vain divertissement. Le « petit » est néanmoins aussi le fin, le subtil, le raffiné, etc. ; quant au modeste poète, il est celui qui sait reprendre à son compte la tradition littéraire antérieure, en l’ajustant à la fois aux goûts de son milieu et à ses objectifs propres, non parfois sans ambition quand il parle aux/des « grands ». La part de la « rhétorique » est ainsi nette.

Les contributions réunies dans ce volume ne s’attachent pas seulement à l’étude des multiples déclinaisons auxquelles se prête cette topique ou à l’examen des jeux d’opposition montrant la part de la posture littéraire ; il s’agit d’en dégager les enjeux pluriels ‒ esthétiques, moraux et socio-politiques. En prenant en considération le genre dans toute son étendue temporelle et géographique, elles mettent par ailleurs au jour plusieurs éléments de différenciation entre l’épigramme grecque et romaine, profane et chrétienne, tout en montrant comment ce schème constitue un élément fédérateur du genre, en particulier dans la latinité tardive, où l’épigramme s’émancipe de ses cadres traditionnels.

Table des matieres : Doris Meyer et Céline Urlacher-Becht, « Introduction »– 1. La rhétorique du ‘‘petit’’ dans l’épigramme hellénistique : entre esthétique et éthique – Doris Meyer, « Rhétorique du ‘‘petit’’ et ‘‘discours quantitatif’’ dans les épigrammes de Posidippe et de Cal- limaque » ; Christophe Cusset, « Léonidas, poète de l’humilité. L’exemple des pêcheurs » ; Évelyne Prioux, « Léonidas et l’Hécalè de Calli- maque » ; Claire-Emmanuelle Nardone, « Pour une lecture métapoétique de l’épigramme AP VII, 736 (= 33 HE) de Léonidas de Tarente » ; Flore Kimmel-Clauzet, « La rhétorique du « petit » dans les épigrammes funéraires des grands poètes grecs » ; Antje Kolde, « De la mort de petits animaux » – 2. Canonisation, di érenciation et évolutions du ‘‘petit’’ entre Grèce et Rome – Francesco Pelliccio, « Alla ricerca della brevità : l’ὀλιγοστιχίη nella Corona di Filippo » ; Lucia Floridi, « La rhétorique du ‘‘petit’’ dans les épigrammes satiriques grecques de Lu- cillius et Nicarque » ; Alfredo Mario Morelli, « Entre le ‘‘petit’’ et le ‘‘ridicule’’. Pour une histoire comparée de l’épigramme satirique grecque et latine » ; Annemarie Ambühl, « De petits poètes et de grands empereurs : poétique et panégyrique du ‘‘petit’’ dans l’épigramme grecque de l’époque impériale » ; Catherine Notter, « L’usage du vocabulaire du ‘‘petit’’ à propos de la matérialité du livre d’épigrammes dans l’œuvre de Martial » ; Sara Sparagna, « La dinamica del “grande” e del “piccolo” nel XII libro degli epigrammi di Marziale » ; Francesca Romana Nocchi, « Balneolum breue sum : le topos des thermes privés à mi-chemin entre les évocations mythologiques et une dimension plus intime » – 3. Con- textes et enjeux du ‘‘petit’’ dans la latinité tardive – Silvia Mattiacci, « Le tenuis libellus pour Bissula d’Ausone : rhétorique du ‘‘petit’’ et de l’ ‘‘improvisation’’ pour un cycle de vers compromettants » ; Camille Bonnan-Garçon, « Quare elaboratam solci lo accipe cantilenam. La place de l’épigramme dans la correspondance de Symmaque, une rhétorique de défense de ce ‘‘petit’’ genre ? ; Marie-France Guipponi-Gineste, « Le lusus poétique à la lumière du conuiuium et autres formes d’otium dans les poèmes de la correspondance de Sidoine Apollinaire » ; Luciana Furbetta, « La rhétorique du ‘‘petit’’ dans les épigrammes de Sidoine Apollinaire : stratégies littéraires et enjeux politiques » ; Étienne Wol , « Le thème de la petitesse dans les recueils épigrammatiques inclus dans l’Anthologie latine » ; Céline Urlacher-Becht, « Vt multa breuiter paruo sermone perorem… : les usages du distichon et du monostichon chez Eugène de Tolède ».


Auteur : Christophe Cusset

Ancien élève de l'ENS Fontenay/ Saint-Cloud. Agrégé de Lettres classiques. Docteur ès Lettres (Université Lyon II). Professeur de littérature grecque à l'ENS de Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.