La féminité dans les arts hellénistiques : voix, genre, représentations

L’essor des mouvements féministes aux Etats-Unis, puis dans l’ensemble du monde occidental, a suscité, ces quarante dernières années, un intérêt particulier pour les questions relatives aux « voix féminines » dans les textes antiques : la poésie épique archaïque, la poésie lyrique et le théâtre classique ont été étudiés par des philologues, mais aussi des historiens et des anthropologues, à travers cette optique nouvelle. Ces travaux, notamment la synthèse de S.B. Pomeroy (1975), ont fait de la « féminité » un objet d’étude à part entière dans tous les domaines de la philologie classique : y sont comprises les questions du corps féminin, de la sexualité et de l’identité féminine, ainsi que celle de l’accès à la parole. En France, de nombreux travaux ont également été produits sur le sujet. Les plus novateurs et les plus marquants furent ceux de Nicole Loraux, qui développe dans Les enfants d’Athéna  (1981) et Les expériences de Tirésias (1989) une lecture « sexuée » de la démocratie athénienne. Assez curieusement, cependant, ces études ont pour une bonne part laissé de côté l’ensemble de la production hellénistique, alors même que l’approche de la femme et de la voix féminine connaissent à cette époque des transformations et des évolutions importantes.

Si le statut de la femme évolue de manière très sensible entre l’époque classique et l’époque hellénistique, si certaines femmes, comme Arsinoé ou Bérénice, jouent un rôle politique de premier plan dans l’Égypte lagide, peut-on dire pour autant que dans l’univers poétique alexandrin la place de la femme connaît une transformation importante ? Cette place de la femme dans la poésie alexandrine concerne essentiellement les modalités de la prise de parole féminine et des conditions dans lesquelles un discours est proféré par une instance locutrice féminine. Plus généralement, les femmes bénéficient dans la littérature hellénistique d’un traitement relativement favorable. Cela est vrai aussi bien à propos des individus « réels » — et l’on pense ici aux poétesses Anytè et Nossis —, que concernant les personnages fictifs. Dans de nombreuses œuvres, en effet, le poète-narrateur, s’il est souvent de sexe masculin, délègue sa voix à des locutrices secondaires. es Syracusaines de l’Idylle XV, de la magicienne Simaitha de l’Idylle II de Théocrite, mais aussi des figures d’Hypsipylé, d’Arété ou de Médée dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, ou encore Cassandre dans l’Alexandra de Lycophron.

Entre ces deux sortes de discours féminins, existe certes une certaine asymétrie : lorsque l’auteur est une femme, dans le cas des épigrammatistes, la voix de la poétesse et celles des locutrices fictives sont de même genre. Lorsque l’auteur est un homme, une frontière nette sépare toujours la voix du poète de celles des locutrices secondaires. Cette différence ne doit toutefois pas conduire à envisager séparément ces deux modes de prise de parole féminine : au contraire, étudier les caractéristiques attribuées à la parole féminine peut être le moyen de mettre en lumière les représentations auxquelles les poétesses réelles étaient confrontées, de comprendre quel rapport entretient leur œuvre avec ces représentations et quelle est l’originalité de leur positionnement poétique ou du traitement qu’elles réservent à certaines thématiques. Au-delà de cette problématique particulière, nous aimerions, dans ce colloque, interroger l’évolution de la parole féminine, tant dans son contenu que dans sa mise en scène littéraire, à une époque où, aussi bien en politique qu’en art et en science, les femmes sont plus présentes que par le passé aux côtés des hommes.

Programme :

Jeudi 7 septembre 2017 (Site Descartes, Bâtiment Buisson)

9h : accueil et discours d’inauguration

9h30 : Conférence inaugurale : Kathryn Gutzwiller « Female Practices as Models for Hellenistic Poetry »

10h 15 : Session 1 : Autour de quelques figures historiques

  • 10h15-10h40: Alana Newman « Arsinoë II as Synnaos Thea: the significance of the display context of the deified queen’s relief portraits in the Egyptian temple complex »
  • 10h40 – 11h05: Alex McAuley « The New Heroine: The Virginity, Marriage, and Queenship of the young Berenike »
  • 11h05-11h30: Robin Hämmerling « Stratonike in the memory of Smyrna »

11h30-11h45: Discussion

11h45-14h : Pause et repas

14h00 : Session 2 : Pleurs et émotion

  • 14h-14h25 : Bénédicte Daniel-Müller « Qu’est-ce qui fait pleurer les filles ? »
  • 14h25-14h50: Andreas Fountoulakis « Refashioning Feminine Identities: Emotion and Gender in the Fragmentum Grenfellianum »
  • 14h50-15h15: Heba Abd el Gawad « The Ptolemaic queens’ emotional guide to winning over multicultural audiences »

15h15-15h30 : Discussion

15h30-16h: Pause

16h00 : Session 3 : Féminité apollonienne

  • 16h-16h25 : Nadège Wolff « Nuit et féminité dans les Argonautiques d’Apollonios »
  • 16h25-16h50 : Jackie Murray « Poor women in Apollonius’Argonautica »
  • 16h50-17h15: Sarah Cassidy « Viewing Medea through the Alexandrian Viewer in Apollonius Rhodius’ Argonautica»

17h15-17h30 : Discussion

Vendredi 8 septembre 2017 (Site Descartes, Bâtiment Buisson)

9h00 : Session 4 : Images de la femme chez Callimaque

  • 9h-9h25 : Alexandros Kampakoglou « The tradition of maiden songs and the poetics of femininity in Callimachus’ fifth hymn »
  • 9h25-9h50: Massimo Giuseppetti « La Victoire de Bérénice de Callimaque: à la gloire d’une reine ptolémaïque »
  • 9h50-10h15: Flora Manakidou « Mothers and children in Callimachus’ Hymns »

10h15-10h30 : Discussion

10h30- 11h : Pause

11h00 : Session 5 : Intertextualités féminines

  • 11h-11h25 : Valeria Pace « Intertextuality and the epic female voice in the Argonautica of Apollonius: subversion or eternal recurrence? »
  • 11h25-11h50: Barnaby Chesterton « Silencing the Echoes of Sappho : authorial individuality in the Epigrams of Nossis »
  • 11h50-12h15: Kathleen Kidder « Virgin Suicides: The Silence of the Sirens in Lycophron’s Alexandra »

12h15-12h30 : Discussion

12h30 – 14 h : Repas

14h00 : Sessions 6 : Théocrite

  • 14h-14h25 : Christine Kossaifi « La belle à la voix qui défaille. La femme dans les Idylles bucoliques de Théocrite : une présence dans l’absence »
  • 14h25-14h50 : M. Bernon & A.-S. Noel « Des femmes très matérielles ? Féminité, objets et performance dans l’Idylle xv de Théocrite »
  • 14h50-15h15 : Thomas Nelson « Penelopean Simaetha : Female Voice and Vision in Theocritus Second Idylle »

15h15-15h30 : Discussion 

15h30-16h: Pause

16h00 : Session 7 : Femmes de pouvoir

  • 16h-16h25 : Anatole Mori « Shining Thetis: The Goddess Visible in Apollonius’ Argonautica »
  • 16h25-16h50 : Branko van Oppen « Queens and Goddesses: Female Portraiture in the Edfu Hoard of Clay Sealings »

16h50-17h00 : Discussion

17h00 – 17h15 : Pause

17h15-17h40: Evelyne Prioux « Les Portraits de poétesses, du IVe s. avant J.-C. à l’époque impériale »

17h40- 18h05 Elise Pampanay « Des femmes à part : symboles et modèles de frontalité dans les représentations de femmes de pouvoir sur les monuments funéraires d’époque hellénistique »

18h05-18h15 : Discussion

19h30 – Repas festif du colloque

Samedi 9 septembre 2017 (Site Monod)

9h00 : Session 8 : Comédies féminines

  • 9h-9h25 : Nathalie Lhostis « Existe-t-il une voix féminine dans les comédies de Ménandre ? »
  • 9h25-9h50: Kanellou Maria « Representations of the Hetaerae in Hellenistic Epigrams»
  • 9h50-10h15 Hamidou Richer « Une modalité de la parole féminine : étude du verbe κωτίλλω et de l’adjectif κωτίλος »

10h15-10h30 : Discussion

10h30- 11h00 : Pause

11h 00 : Session 9 : Réceptions

  • 11h00-11h25 : Florence Klein « Métamorphoses intertextuelles et intersexuelles d’une voix ‘trans-genre’ : la « Boucle de Bérénice » relue par Virgile et Ovide »
  • 11h25-11h50 : Benedicte Delignon « Les femmes et l’éloge de la paix : un mélange des genres et des voix à l’époque augustéenne ? »
  • 11h50-12h15 : Oriane Demerliac  « Le motif de la mer et la construction d’une voix érotique féminine chez les poètes augustéens »

12h15-12h30 : Discussion

12h30 – 14 h 00: Repas

14h00 : Session 10 : Femmes épigrammatiques

  • 14h00-14h25 : Claire-Emmanuelle Nardone « Figures et voix féminines chez Léonidas de Tarente »
  • 14h25-14h50 : Serena Cannavale « The song and the loom. Women’s voices in hellenistic epigrams »
  • 14h50-15h15 : Mike Tueller « Finding a woman’s voice in Hellenistic epigram: three cases »

15h15-15h30 : Discussion

15h30-16h00 : Lecture de clôture : Benjamin Acosta-Hughes « Gems for a Princess

Female Figures in the Posidippus Papyrus »

Visite au Musée Gallo-Romain / des Beaux Arts (à préciser) à partir de 16h30

http://www.ens-lyon.fr/tout-l-agenda/la-feminite-dans-les-arts-hellenistiques-voix-genre-representations-347265.kjsp

Inscription au colloque comme participant : écrire à christophe.cusset@ens-lyon.fr


Auteur : Christophe Cusset

Ancien élève de l'ENS Fontenay/ Saint-Cloud. Agrégé de Lettres classiques. Docteur ès Lettres (Université Lyon II). Professeur de littérature grecque à l'ENS de Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *