Théocrite, lecteur de Platon

Monsieur ARNAUD TESTUT-PROUHA

Résumé de la thèse en français :
Théocrite, poète hellénistique du 3e siècle avant notre ère, a lu Platon et cela a été montré auparavant. Notre travail cherche à confirmer cette lecture en montrant que non seulement il s’est inspiré des Dialogues comme œuvres littéraires mais aussi qu’il a pris en compte certains enjeux philosophiques. Nous avons donc tâché de repérer les motifs et les éléments littéraires qu’il a réécrits en montrant quels pouvaient en être les enjeux chez lui.

Résumé de la thèse en anglais :
Theocritus, a Hellenistic poet of the third century BC, has read Plato and this has been shown before. Our work seeks to confirm this reading by showing that not only did he draw inspiration from the Dialogues as literary works but also that he took into account certain philosophical stakes. We therefore tried to identify the motifs and the literary elements that he rewritten by showing what might be the stakes at home.

Soutenance le samedi 25 novembre 2017

Jury : A. Balansard (Aix-Marseille) ; C. Cusset (ENS Lyon) ; H. Frangoulis (Toulouse J. Jaurès) ; M.-P. Noël (Montpellier P. Valéry) ; J.-F. Fradeau (Lyon 3 J. Moulin)

Poésie et pédagogie dans l’œuvre d’Aratos de Soles

On annonce la soutenance de la thèse de Laetitia Lorgeoux-Bouayad sur le sujet suivant :

« Poésie et pédagogie dans l’œuvre d’Aratos de Soles »

le 21 juin 2014 à l’Université Paris IV-Sorbonne

sous la direction de M. Alain Billault, devant un jury composé de D. Arnoud, A. Billault, C. Cusset, V. Fromentin.

Résumé :

Au-delà d’être un poème didactique, les Phénomènes  d’Aratos sont un poème pédagogique qui unit étroitement le fond et la forme. On y trouve une conscience méthodique de la construction d’un savoir ; l’analyse du vocabulaire, pourtant issu de la poésie homérique, révèle une réflexion sur la transmission scientifique déjà définie comme un processus dynamique, à une époque où les écoles et leurs méthodes sont encore jeunes : percevoir, délimiter, nommer, et enfin assurer la conservation  d’un objet de science. Cette idée de transmission prouve la préoccupation pédagogique d’Aratos, qu’il met en scène dans le poème à travers des figures de maîtres et d’élèves. Il s’y lit, notamment dans le mythe de l’Âge d’or, une foi en la collaboration entre tous les êtres vivants, fondée sur un respect qui tranche avec la dureté des poèmes didactiques archaïques. La pédagogie devient dans les Phénomènes un enjeu poétique : Aratos définit le poète comme un des membres de cette collaboration universelle, derrière laquelle il doit s’effacer, dans une éthique et une esthétique de l’anonymat qui remettent en question le kléos archaïque. La tradition poétique peut désormais être bousculée au nom de la transmission scientifique, et cette nouvelle conception n’est pas sans rappeler les récentes critiques opérées par Platon. Tout se passe comme si Aratos avait voulu relever le défi que Platon a lancé aux poètes de son temps : chanter le Dieu et sa création selon le Vrai ou le Vraisemblable, et devenir par son chant l’éducateur de la cité idéale. C’est probablement la réussite de cette gageure qui a assuré la gloire des Phénomènes dans les siècles où la philosophie de Platon a été suivie et admirée.