Callimachean Poetics and its influence on Epigrammatic Poetry

Please note that the deadline for submissions for the event « Callimachean Poetics and its influence on Epigrammatic Poetry » to happen at USP, Brazil, has been extended to 15th June.

 

All updated info can be found here:

Aitia 7.1

Une nouvelle livraison de la revue Aitia : http://aitia.revues.org/1669 

Tradition et nouveauté à l’époque hellénistique

Sous la direction de Andrew FAULKNER

L’originalité, cette nouveauté par rapport à la tradition, est un leitmotiv de la littérature hellénistique qui sera par la suite adopté par les écrivains romains. Il semble que l’on ait accordé une importance plus nette à l’innovation littéraire dans le milieu de plus en plus livresque de l’époque hellénistique. Les articles réunis dans le présent numéro explorent de différents points de vue la thématique de la nouveauté et de la tradition chez des auteurs hellénistiques, ainsi que la réception de la littérature et de l’art hellénistiques, à titre de symbole de la nouveauté, à l’ère impériale.

Originality, that is some kind of novelty in relation to tradition, is a leitmotiv in Hellenistic literature which was later adopted by Roman writers. An always greater importance seems to have been accorded to literary innovation in the more and more bookish milieu of the Hellenistic period. The papers in this issue explore the themes of novelty and tradition among Hellenistic authors from different points of view, as well as the reception of Hellenistic literature and art as a symbol of novelty, during the imperial era.

Andrew FAULKNER

Ovide / Théocrite

Contre Ibis

Suivi de la Syrinx de Théocrite

Traduit et commenté par : Olivier SERS, Texte établi par : Jacques ANDRÉ, Félix BUFFIÈRE

Quel est le point de rencontre improbable, locus communis rassemblant mnémotechniquement Théocrite, Callimaque, Apollonius de Rhodes, Ovide, L.-F. Céline et J.-P. Sartre ? Qu’arriva-t-il au gracieux poète de l’Art d’aimer pour qu’il entreprenne à cinquante ans d’évoquer en 388 vers plus de 230 tortionnaires ou suppliciés par plus de cent genres de supplices différents, en usant dans deux cas sur trois de définitions par énigmes ? Comment put-il y parvenir ? Les antiques furent-ils oulipiens ? Leur mémoire survitaminée ?

Olivier Sers répond à toutes ces questions et à bien d’autres dans son introduction à sa traduction du Contre Ibis. Établie vers pour vers (alexandrin, décasyllabe), celle-ci dévoile à droite du texte, en italiques, les noms exprimés par énigmes. Lui font suite le texte du calligramme de Théocrite La Syrinx, dont les liens avec l’Ibis sont pour la première fois mis en lumière, un bilan des supplices, et un copieux index des noms propres, l’ensemble fournissant toutes informations utiles sur les anecdotes évoquées, leur contexte, les techniques de codage employées par le poète, et les mobiles de sa reconversion inattendue dans l’oulipisme.

  • EAN13 : 9782251446547