Colloque international : La féminité dans les arts hellénistiques : voix, genre, représentations

ENS de Lyon – UMR 5189 Hisoma

Du 7 au 9 septembre 2017

English version : https://hellpoet.hypotheses.org/208

L’essor des mouvements féministes aux Etats-Unis, puis dans l’ensemble du monde occidental, a suscité, ces quarante dernières années, un intérêt particulier pour les questions relatives aux « voix féminines » dans les textes antiques : la poésie épique archaïque, la poésie lyrique et le théâtre classique ont été étudiés par des philologues, mais aussi des historiens et des anthropologues, à travers cette optique nouvelle. Ces travaux, notamment la synthèse de S.B. Pomeroy (1975), ont fait de la « féminité » un objet d’étude à part entière dans tous les domaines de la philologie classique : y sont comprises les questions du corps féminin, de la sexualité et de l’identité féminine, ainsi que celle de l’accès à la parole. En France, de nombreux travaux ont également été produits sur le sujet. Les plus novateurs et les plus marquants furent ceux de Nicole Loraux, qui développe dans Les enfants d’Athéna (1981) et Les expériences de Tirésias (1989) une lecture « sexuée » de la démocratie athénienne. Assez curieusement, cependant, ces études ont pour une bonne part laissé de côté l’ensemble de la production hellénistique, alors même que l’approche de la femme et de la voix féminine connaissent à cette époque des transformations et des évolutions importantes.

Si le statut de la femme évolue de manière très sensible entre l’époque classique et l’époque hellénistique, si certaines femmes, comme Arsinoé ou Bérénice, jouent un rôle politique de premier plan dans l’Égypte lagide, peut-on dire pour autant que dans l’univers poétique alexandrin la place de la femme connaît une transformation importante ? Cette place de la femme dans la poésie alexandrine concerne essentiellement les modalités de la prise de parole féminine et des conditions dans lesquelles un discours est proféré par une instance locutrice féminine. Plus généralement, les femmes bénéficient dans la littérature hellénistique d’un traitement relativement favorable. Cela est vrai aussi bien à propos des individus « réels » — et l’on pense ici aux poétesses Anytè et Nossis —, que concernant les personnages fictifs. Dans de nombreuses œuvres, en effet, le poète-narrateur, s’il est souvent de sexe masculin, délègue sa voix à des locutrices secondaires. C’est le cas des Syracusaines de l’Idylle XV, de la magicienne Simaitha de l’Idylle II de Théocrite, mais aussi des figures d’Hypsipylé, d’Arété ou de Médée dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, ou encore de Cassandre dans l’Alexandra de Lycophron.

Entre ces deux sortes de discours féminins existe certes une certaine asymétrie : lorsque l’auteur est une femme, dans le cas des épigrammatistes, la voix de la poétesse et celles des locutrices fictives sont de même genre. Lorsque l’auteur est un homme, une frontière nette sépare toujours la voix du poète de celles des locutrices secondaires. Cette différence ne doit toutefois pas conduire à envisager séparément ces deux modes de prise de parole féminine : au contraire, étudier les caractéristiques attribuées à la parole féminine peut être le moyen de mettre en lumière les représentations auxquelles les poétesses réelles étaient confrontées, de comprendre quel rapport entretient leur œuvre avec ces représentations et quelle est l’originalité de leur positionnement poétique ou du traitement qu’elles réservent à certaines thématiques. Au-delà de cette problématique particulière, nous aimerions, dans ce colloque, étudier l’évolution de la parole féminine, tant dans son contenu que dans sa mise en scène littéraire, à une époque où, aussi bien en politique qu’en art et en science, les femmes sont plus présentes que par le passé aux côtés des hommes.

On pourra ainsi s’interroger sur le type de questions suivantes, sans que cette liste soit exhaustive :

– La dimension politique du discours féminin

– La divinisation de la femme de pouvoir

– La femme comme figure de l’altérité

– Les intertextualités du discours féminin

– Les occupations et fonctions féminines

– Les modalités discursives de la voix féminines

– L’influence du statut familial des femmes (filles, mères, épouses, concubines…) sur leur prise de parole

– L’influence du statut social de la femme sur son discours et sa représentation

– La question du féminin en face de la féminité

– L’utilisation du biculturalisme gréco-égyptien dans les représentations hellénistiques

 

 

Vous voudrez bien retourner votre proposition de communication pour le 15 février 2017 aux adresses suivantes :

christophe.cusset@ens-lyon.fr, nadege.wolff@ens-lyon.fr, claireemmanuelle.nardone@ens-lyon.fr, pierre.belenfant@ens-lyon.fr

Votre proposition doit être composée d’un titre, d’un résumé et d’un bref CV.

International conference: Femininity in Hellenistic Arts: Voice, Gender and Representations

ENS de Lyon – UMR 5189 Hisoma

September 7th to September 9th 2017                                                                                                             French version: https://hellpoet.hypotheses.org/210

The rise of feminist movements in the USA, and later in the rest of the western world, has aroused a special interest in issues related to women’’s voices in ancient literature: during the last four decades, philologists, historians and anthropologists, have studied archaic epics, lyrics and classical drama from this new viewpoint. These works, especially S.B Pomeroy’’s synthesis (1975), have made femininity a legitimate topic in every area of classical philology: it includes such issues as women’s body, feminine identity and sexuality, and women’’s access to speech. In France, numerous works have been produced on this matter, the most noteworthy and the most innovative of which are Nicole Loraux’’s: in Les enfants d’Athéna (1981) and Les experiences de Tirésias (1989) she expounds a new vision of the Athenian democracy, based on gender theories. Curiously enough, however, most of these studies overlook the Hellenistic period, even though women’’s status, and therefore the way their voice was taken into account, were then undergoing significant changes. There is indeed an important gap in this respect between classical and Hellenistic times: some women for instance, like Arsinoe or Berenice, played a prominent political role in Ptolemaic Egypt: does such an evolution entail changes in the way women are depicted in Alexandrian poetry? More specifically, does this evolution entail changes in how female characters speak? Considering the whole of Hellenistic literature, one must admit that women are prominent in the known corpus. This is true for historical figures, such as the female poets Anyte and Nossis, as well as for fictitious characters. Indeed, there are many cases in which the poet-speaker, although he is often a male character, yields the floor to secondary female speakers. This is the case for the Syracusan ladies in Idyll XV, or the magician Simaitha in Idyll II by Theocritus, but also for Hypsipyle, Arete or Medea in Apollonius’’ Argonautica, or even for Cassandra in Lycophron’’s Alexandra. In the latter case, there is no perfect symmetry between male and female poets: when the author is a woman, the poetess’’s voice and that of the fictitious speakers are of the same gender. When the author is a man, a clear-cut frontier always separates the poet’’s voice from that of the secondary female speakers. However, this difference must not lead us to consider separately these two kinds of feminine discourse: on the contrary, by studying the specific features which are assigned to feminine discourse in poetry, we may determine the stereotypes real female poets had to cope with, and how they responded to them in their works. It may also help us appreciate their originality in terms of self-representation and esthetic choices. More generally speaking, this conference is meant to shed light on the evolutions of women’’s discourse, its contents and the way it was perceived, at a time when women’’s presence was getting more obvious in politics, arts and sciences than in the past. The following issues may also be tackled:

-Political aspects of women’’s discourse

-Deification of female leaders

-Woman as the Other

-Intertextuality in women’’s discourse

-Women’’s occupations and functions

-Gendered voices

-The influence of family status (daughters, mothers, wife, concubines, ) on women’’s discourse

-The influence of social status on women’’s discourse and representations

-Female voices and female identity

-Greco-Egyptian biculturalism and women’’s representations in the Hellenistic period.

Other proposals are of course welcome.

Please send an abstract of your paper and a short CV by the 15th of February 2017 to the following addresses: christophe.cusset@ens-lyon.fr, nadege.wolff@ens-lyon.fr, claireemmanuelle.nardone@ens-lyon.fr, pierre.belenfant@ens-lyon.fr